Yves Maas (ABBL) : solidarité et stabilité

Selon Yves Maas, CEO, « L’ABBL a assuré son rôle de plateforme entre les banques et le Ministère des Finances, pour la mise en place tous ensemble du programme de prêts garantis par l’Etat, pour les entreprises mises à mal par la pandémie ». Interview.

 

Pourriez-vous présenter l’ABBL en quelques mot ? »

 

L’ABBL est la plus grande association professionnelle du secteur financier. Elle représente la majorité des institutions financières, ainsi que des intermédiaires financiers règlementés et d’autres professionnels établis au Luxembourg, notamment des avocats, des consultants et des auditeurs.

Reflétant la diversité de la place financière luxembourgeoise, l’ABBL fédère et promeut les intérêts de ses membres et agit comme le porte-parole de l’ensemble du secteur aux niveaux national et international. L’ABBL fournit à ses membres les ressources et les services dont ils ont besoin pour opérer sur les marchés financiers internationaux, très dynamiques, et dans un environnement règlementaire de plus en plus complexe. Les membres de l’ABBL disposent ainsi d’une association établie de longue date et influente œuvrant dans leur intérêt et les représentant au plus haut niveau, tant au Luxembourg qu’en Europe. Ce sont ainsi près de 40 employés qui mettent tout en œuvre pour soutenir les membres et défendre avec eux les sujets qui auront le plus d’impact sur leurs activités.

“Les derniers mois ont démontré la capacité d’adaptation sans pareille du secteur bancaire au Luxembourg.”

Comment l’ABBL a-t-elle soutenu ses membres durant la crise sanitaire ?

 

La crise du COVID-19 est lourde de conséquences pour l’économie de notre pays. En tant qu’ABBL, nous nous sommes engagés aux côtés de nos membres pour assurer la continuité des activités et préserver la réputation de stabilité du secteur financier au Luxembourg. Cet engagement se traduit par des actions concrètes, menées dès le début de la pandémie. L’ABBL a ainsi assuré son rôle de plateforme entre les banques et le Ministère des Finances, pour la mise en place tous ensemble du programme de prêts garantis par l’Etat, pour les entreprises mises à mal par la pandémie. Nous avons également réuni les six banques les plus actives dans le financement au Luxembourg, pour l’élaboration de moratoires privés pour les prêts existants déjà accordés aux clients professionnels. Les aspects régulatoires étant de première importance pour nos membres, l’ABBL a régulièrement informé ses membres sur les implications légales de la crise à différents niveaux, en collaboration avec d’autres acteurs de la place. Nous avons ainsi créé des guidelines pour nos membres, afin de soutenir ces derniers dans l’organisation de la continuité de leurs activités, et avons appuyé la prolongation des accords sur la taxation des travailleurs frontaliers.

 

Quels challenges et opportunités identifiez-vous pour le secteur bancaire au Luxembourg dans les prochaines cinq années ?

 

Les derniers mois ont démontré la capacité d’adaptation sans pareille du secteur bancaire au Luxembourg. Les mesures à court terme doivent désormais faire place à du long terme, avec une adaptation en profondeur des façons de travailler et de consommer, de manière à assurer la croissance pour les générations futures. Dans ce contexte, nos experts mettent tout leur savoir et leur expérience, au niveau local comme au niveau européen, pour faire avancer les sujets de première importance pour les membres, ceux-là même qui auront le plus d’impact pour les prochaines années. A l’ABBL, nous identifions deux grandes tendances qui feront le futur du secteur bancaire et orienteront les projets pour les 5 prochaines années : la digitalisation des services financiers et la finance durable. Les banques observent depuis quelques années une digitalisation du comportement de leurs clients, et ce mouvement s’est accéléré avec le COVID. Les clients demandent de plus en plus un accès en ligne à leur compte bancaire, ce qui implique une diminution des retraits en espèces et une baisse de la fréquentation des visites dans les agences bancaires. Les banques pourront concentrer leurs efforts pour servir leurs clients de manière plus proactive, tout en façonnant les nouveaux modèles de distribution des services et produits bancaires. Concernant la finance durable, c’est une véritable prise de conscience collective à laquelle nous assistons, tant du côté des banques que de leurs clients. Ceux-ci demandent des produits financiers plus responsables, et le haut niveau d’épargne des clients offre une opportunité aux banques de fournir des investissements durables. Enfin, fort de la stabilité du pays et du lien étroit avec des produits émanant du secteur des fonds d’investissement, la banque privée bénéficie d’une belle croissance et de nombreuses opportunités. A commencer par le Brexit, qui a confirmé l’attractivité du centre financier au Luxembourg, plusieurs institutions ayant choisi notre pays comme point d’ancrage en Europe et pour assurer la continuité de leurs services au sein d’un marché unique. 

© 360Crossmedia

Andy Couve.png