Alireza Sahraei (Adepa): Diversité et réussite

Alireza Sahraei, Global Head of Investor Services chez Adepa considère la diversité culturelle comme le secret de la réussite de l’entreprise. Pour cet ingénieur de formation, immergé par défi dans la finance, dialogue, communication constructive et intégration constituent des passerelles, pas des contraintes.

 

Pouvez-vous raconter votre histoire en quelques mots ?

 

Dès mon plus jeune âge, j'ai voulu devenir un spécialiste des solutions. J’ai donc fait des études d’ingénieur en Iran. En quête d'une expérience internationale, j'ai déménagé en Allemagne pour poursuivre mon cursus et me former au contact des meilleurs de l'industrie. Au-delà du contenu de mes cours, je souhaitais surtout apprendre à penser et à relever des challenges avec un esprit structuré et logique, tout en restant ouvert et créatif. Après l'obtention de mon diplôme, contre toute attente, j'ai ressenti le besoin d'enrichir encore plus mes connaissances. Pour me mettre au défi, j'ai choisi de m'aventurer dans un domaine complètement différent, et j'ai opté pour la finance. Après quelques recherches, j'ai décidé que le Luxembourg, l’un des centres financiers les plus importants d’Europe, représentait le bon endroit pour poursuivre mon parcours. Combinée à un peu de persévérance, ma perspective différente a constitué une recette exceptionnelle de succès. J'ai façonné ma carrière chez Adepa dans cet état d’esprit. Ma trajectoire se prolonge aujourd’hui avec le développement de nos services aux investisseurs à l'échelle mondiale.  

“Le Luxembourg offre à chacun la liberté de choix et un éventail d'opportunités dans une société variée et ouverte.” 

Qu’apporte la diversité culturelle à une entreprise comme Adepa ? 

 

Avec 15 nationalités différentes, Adepa affiche sa diversité. Cette caractéristique constitue, pour moi, le secret de notre réussite. La variété de la culture d'Adepa nous a permis de tenir compte de tous les points de vue et de toutes les idées. Chaque salarié trouve ainsi la possibilité d’apporter sa pierre à l'édifice, quelles que soient son origine et sa culture. Travailler à côté d’un collègue allemand, espagnol ou italien, déjeuner avec un Français et prendre un café avec un collaborateur brésilien constitue une expérience formidable. Je pense qu'en établissant une telle structure multiculturelle, nous avons développé un environnement professionnel inclusif, où chaque avis se fait entendre et respecter. La coopération et l'écoute réciproque entre collègues s’en sont trouvées fortifiées. Pour relever les défis d'un lieu de travail multiculturel, nous encourageons continuellement le dialogue et la communication constructive dans l’équipe afin de créer une compréhension mutuelle homogène et égalitaire.

 

 

Quels conseils donneriez-vous aux personnes souhaitant "s'intégrer" au Luxembourg ?

 

Le Luxembourg offre à chacun la liberté de choix et un éventail d'opportunités dans une société variée et ouverte, tout en vous permettant de rester vous-même. Par conséquent, je considère l'intégration ici comme un processus assez simple, surtout si l'on fait l'effort d'apprendre une des langues les plus parlées. Dans mes interactions avec les luxembourgeois, je les ai trouvés très ouverts d'esprit et tolérants envers les autres cultures. Il y a quelques années, par une froide journée d'hiver, j'ai rencontré par hasard le Premier ministre dans un supermarché et j'ai pu le saluer et lui serrer la main. Pour reprendre ses termes, cela constitue « le charme du Luxembourg ». Je ne peux qu'acquiescer.

En bref, je conseillerais d'explorer la culture du Grand-Duché et ses langues, d'essayer de trouver des intérêts communs et de respecter les autres tout en restant soi-même.