58132F05-97C1-433D-B972-329ACB6EAE3A.jpeg

Christophe Duplay (Artskoko) : une escapade coréenne au cœur du Luxembourg   

" Les artistes coréens - tels que Lee Ufan, Ha Chong Hyun et Chun Kwang Young - s'épanouissent sur la scène internationale. ", se réjouit Christophe Duplay, cofondateur d'Artskoko. Interview.       

  

Pouvez-vous présenter votre galerie en quelques mots ?  

Artskoko Korean Connection expose une fois par mois un artiste coréen contemporain, avec un vernissage et l'artiste. Mon épouse Orie, l'une des gérantes, originaire de cette république démocratique, avait pour objectif de promouvoir sa culture grâce aux "Amis de la Corée au Luxembourg" et à travers une entreprise commerciale. C'est pourquoi, en 2016, nous avons ouvert la galerie dans notre maison afin d'offrir un environnement familial pour l'exposition. Nous participons également chaque année à la Luxembourg Art Week qui constitue un événement en plein essor positionnant le Luxembourg sur la carte européenne de l'art.  

 

"Nous vendons l'art comme un investissement émotionnel", Christophe Duplay.  

Quelles sont les principales tendances du marché de l'art aujourd'hui ?  

Je parlerai de notre créneau et du dynamisme actuel de la scène artistique coréenne. Actuellement, FRIEZE Seoul et KIAF se tiennent simultanément en Extrême-Orient et à Séoul, et les artistes coréens - tels que Lee Ufan, Ha Chong Hyun et Chun Kwang Young - s'épanouissent sur la scène internationale. Ces derniers s'appuient sur un mélange de 4 éléments. Le premier se concentre sur les valeurs traditionnelles, telles que le confucianisme et l'économie de moyens tandis que le deuxième fait référence aux techniques et matériaux traditionnels tels que la laque, le papier Hanji, l'encre de Chine et la gravure sur bois. Le troisième élément introduit l'économie d'expression à travers le monochrome et les motifs récurrents. Enfin, nous observons également des techniques très contemporaines. Par exemple, Lee Lee Nam insuffle vie et mouvement aux peintures classiques et compare les maîtres occidentaux et orientaux par le biais de l'art numérique. Sungpil Chae utilise diverses poudres de terre comme pigments. Il en va de même pour les sculptures. Hoon Moreau, quant à lui, mélange de l'encre de Chine, du chêne, des feuilles d'or, du bronze et du cristal et HyunJoung Lee fabrique son propre papier, de l'encre de Chine et des pigments pour créer des états mentaux obsédants. Nous avons également découvert que Baek SeungSoo maîtrise l'art du scalpel à chaud sur du polystyrène, tandis que d'autres comme Gugu Kim et Ian Lee peignent respectivement avec leurs doigts ou leur corps. La diversité et la créativité de nos artistes coréens ne cessent d'étonner nos visiteurs et nos collectionneurs.         

 

En quoi l'art est-il un investissement sûr aujourd'hui ?   

Nous vendons plutôt l'art comme un investissement émotionnel et une projection de ses émotions internes en résonance avec le caractère du spectateur. Les œuvres d'art - en particulier les nouvelles œuvres jamais vendues auparavant - proviennent d'artistes et nous les promouvons pour qu'ils deviennent des stars internationales, entrant dans des collections, des fondations et des musées renommés. Cette œuvre d'art prendra certainement de la valeur, car le prix de nombreux artistes émergents a augmenté de manière assez significative. Cependant, vous devez revendre cette œuvre pour mesurer objectivement sa valeur d'investissement. Sinon, vous ne pouvez que spéculer en fonction de la croissance des nouvelles œuvres du même artiste.