Herwig Temmerman (BearingPoint) : Tendances structurantes dans l'industrie des fonds 

Herwig Temmerman, associé de BearingPoint désigne l'ESG, la structure de distribution des fonds, le big data et l'intelligence artificielle, l'investissement passif et les cryptomonnaies comme les principales tendances qui impacteront l'industrie des fonds dans les mois et années à venir.

 

La forte dépendance du secteur de l'investissement à l'environnement économique plus large l’expose aux chocs du marché et aux bouleversements réglementaires. La révolution numérique a induit des changements sociologiques et psychologiques dans la manière d'interagir et d'acheter des produits et des services. Cela affecte non seulement les moyens de communication, mais aussi leur contenu, ainsi que l'idéologie, le style de vie et les points de vue personnels.

 

ESG

Les préoccupations croissantes concernant la nature et les questions de durabilité au sens large perturbent le secteur de l'investissement, obligeant les gestionnaires d'actifs à examiner leur valeur pour la société. Cela explique la forte croissance de l'intérêt pour les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde des investissements. Ce changement est un des plus structurants auquel se trouve confrontée l'industrie des fonds.

 

3J4A8594.jpeg

De nombreuses institutions financières ont accompli des progrès pour intégrer des facteurs ESG dans leurs décisions d'investissement, mais la plupart doivent en faire beaucoup plus. L'évaluation du risque écologique et sa prise en compte dans leurs modèles s’imposent dorénavant, tout comme l'identification des avantages des stratégies ESG. La gouvernance de ces sociétés, comme celle des autres entreprises, fait désormais l’objet d’une attention étroite de la part des clients : négliger les questions de durabilité peut entamer à long terme la réputation d'une compagnie.

“Un défi important pour réaliser le commerce unifié consiste à éliminer les silos de données afin de s'assurer que les informations circulent librement et de manière cohérente dans toute l'organisation.”

Distribution des fonds

 

L'ESG ne constitue pas la seule question cruciale dans un avenir proche pour la distribution de fonds. Le secteur doit, en priorité, augmenter les volumes d'actifs, principalement en élargissant l’ offre, notamment en concevant des produits axés sur les données, pour lesquels la demande est forte. Le développement de meilleurs outils de contrôle et de la supervision des engagements au sens large représente une tendance clé pour les services de distribution de fonds. La pandémie de Covid-19 a rendu ce besoin plus aigu.

 

Aujourd'hui, environ 30 % des actifs sous gestion en Europe se trouvent entre les mains de plateformes de fonds. La consolidation du secteur s’est effectuée rapidement : de plus de dix acteurs engagés en Europe il y a trois ans, il n’en reste que trois majeurs. Ceci met en évidence l'intérêt du marché pour cette activité simple, mais centrale.

 

Les synergies créées n’expliquent pas tout ; la profusion de données à portée des plateformes de fonds constitue l'autre moteur principal, alimenté par la perspective de la valeur ajoutée de la gestion de ces informations.

 

Big data

L'importance des données s'accroît dans divers domaines, notamment l'ESG. Certaines industries apparaissent de facto comme « non durables » :  production d'armes et tabac, par exemple. Mais la classification se révèle plus compliquée dans d’autres secteurs. À l'avenir, le big data jouera un rôle de plus en plus crucial dans la détermination du statut ESG. 

L'intelligence artificielle

Parallèlement au big data, le recours accru à l'intelligence artificielle permet d'accorder un sens aux quantités colossales de données désormais disponibles. Cela ne se limite pas à l'ESG. Le big data et l'IA simplifient la collecte et l'analyse d'informations pour améliorer les décisions de placement. Cela inclut le flux croissant de renseignements provenant de l'internet des objets.

 

De nouveaux types de données et la découverte de corrélations supplémentaires faciliteront la création de produits d'investissement inédits, tandis qu'une intégration plus poussée des données et de l'IA permettra d'affiner et de modéliser davantage la gestion des risques et d'offrir une plue grand efficacité opérationnelle. Aujourd'hui, nous connaissons les robots conseillers et les chatbots, mais ils ne représentent que le début d'une étape neuve dans le processus d'automatisation. 

Commerce unifié 

Le big data et l'IA présentent aussi de l’utilité du côté des clients. Alors que les investissements se font de plus en plus complexes, les entreprises doivent développer des relations plus sophistiquées avec des contreparties sans cesse plus exigeants. Les natifs du numérique attendent une expérience client transparente, homogène, interactive et hyperpersonnalisée :  le commerce unifié, pour faire court, nouvelle étape après les approches multicanales et omni-canal. Il devient donc toujours plus important de connaître son investisseur, en utilisant l'IA et surtout les données dites épaisses pour en savoir plus sur les objectifs des clients.

 

Un autre défi important pour réaliser le commerce unifié consiste à éliminer les silos de données afin de s'assurer que les informations circulent librement et de manière cohérente dans toute l'organisation. Cela permet non seulement de créer une expérience client sans friction, mais aussi de stimuler l'efficacité opérationnelle.

Investissements passifs

Ces dernières années, les stratégies d'investissement passif ont gagné du terrain par rapport à la gestion active. La préférence des clients pour les fonds à faible coût explique principalement cette évolution, très sensible lorsque les fonds actifs comportent des frais nettement plus élevés malgré des performances souvent similaires à celles des fonds passifs. Ici aussi, la disponibilité accrue des données joue un rôle en rendant plus visibles les différences de rendement.

 

L'IA devrait encore accentuer le passage à l'investissement passif, les algorithmes d'apprentissage automatique prenant des décisions auparavant dévolues à des gestionnaires humains.

Fonds alternatifs

Nous relevons une autre tendance importante : la croissance continue des fonds d'investissement alternatifs au Luxembourg aux côtés des fonds OPCVM traditionnels, entraînant également le développement d'activités connexes telles que les activités de crédit à l’attention des fonds d’investissments (alternatifs).

 

Cryptomonnaies et blockchain

Les cryptomonnaies et la blockchain induisent un double impact sur le secteur de l'investissement. 

La demande de solutions reposant sur les monnaies numériques et de sociétés utilisant la technologie du registre distribué connaît une hausse, tandis que l'acceptation de ces devises virtuelles dans le paiement des produits d'investissement augmente.

 

La technologie blockchain peut s’employer pour traiter les investissements avec la tokenisation des fonds et le volet des liquidités. Certains fournisseurs proposent déjà ces solutions, mais le recours à la DLT continuera de croître dans les années à venir compte tenu d'avantages tels que le partage du grand livre, l'enregistrement immuable des transactions avec une meilleure confidentialité et sécurité des données, des pistes d'audit automatisées et une réduction du temps de traitement.

 

Regtech

BearingPoint se montrant très actif dans l'espace RegTech, nous devons également souligner que de nombreuses plateformes permettent désormais aux gestionnaires d'actifs d'automatiser la conformité et les rapports réglementaires. Dans un secteur où le coût reste un facteur concurrentiel clé, cela peut stimuler davantage la productivité.

Grand merci à Jean-Pierre Legrand pour sa contribution à cet article.