Frédéric Perard (BNP Paribas Securities Services): vers une banque 3.0

BNP Paribas Securities Services bénéficie à la fois de l’augmentation des engagements de ses clients et du transfert vers le Grand-Duché de fonds historiquement localisés dans d’autres juridictions. Un contexte idéal pour relever les défis de la digitalisation.


Comment analysez-vous l’évolution des marchés au Luxembourg ?

Nous assistons à un fort développement dans les Loan Funds et plus généralement dans le Private Equity et Real Estate (PE/RE). Nous servons 4 types de clients : les asset owners - fonds de pension, assurances, fonds souverains –, les asset managers de fonds UCITS, les alternatifs – Hedge fonds ou PE/RE – et les intermédiaires financiers. Ces clients viennent au Luxembourg pour créer de la performance sur le long terme. Dans le contexte actuel, les assureurs et les fonds de pension se tournent massivement vers les Loan Fonds et l’ensemble de nos clients plébiscitent le PE/RE. En créant les ‘general partnerships’, le Luxembourg s’est positionné avec un marché structuré et une loi adaptée. Des fonds historiquement localisés notamment dans les Caraïbes sont transférés au Grand-Duché, sans compter les effets bénéfiques du RAIF (Reserved Alternative Investment Fund). 

« Des géants comme Alibaba montrent que les circuits de distribution des fonds changent. »


Comment absorbez-vous cette forte croissance ?

Aujourd’hui, nous accueillons des clients avec des engagements de 3 à 5 milliards d’euros sur 2 ans. Cela crée des défis -notamment pour trouver les bons investissements- mais également quelques inconvénients, en particulier dans les ressources humaines ! Auparavant, les banques domiciliées au Luxembourg se battaient pour attirer des profils de KYC ou de Risk. Aujourd’hui, nous redoublons d’efforts pour attirer des spécialistes – comptables, informaticiens - de PE/RE. Je pense que le Luxembourg doit s’adapter au niveau de la formation. Les écoles doivent veiller à adapter leurs formations aux besoins du pays. BNP Paribas Securities Services accompagne par exemple un cursus de formation postgrade à Arlon d’où 20 personnes sortent chaque année.


A quels autres changements assistez-vous ?


J’en identifie deux. D’abord la green finance s’affirme de manière très prometteuse. Après la COP21 et la COP22, nous attendons des trilliards d’euros d’investissements. Le gouvernement a signé un accord avec l’Agricultural Bank of China pour lister à Luxembourg des titres chinois et faciliter leur vente à l’international. Cela pourrait permettre au Luxembourg de se positionner dans la finance verte et de mettre en place une chaîne de valeur complète, couvrant les émissions, les indices et le reporting. Le second axe de changement concerne notre capacité à nous adapter aux enjeux de la digitalisation. Nous avons créé un département spécifique d’innovation rattaché au CEO de BNP Paribas Securities Services, Patrick Colle, pour mettre sur les rails notre banque en mode 3.0, totalement intégrée dans le digital. Des géants comme Alibaba montrent que les circuits de distribution des fonds changent. Nous travaillons sur des projets d’intelligence artificielle et des projets d’infrastructure multi-acteurs comme ‘Luxhub’, mais aussi les nouveaux systèmes de paiement ou de KYC. Notre projet ‘Fund Link’ utilise la blockchain pour faciliter par exemple les workflows dans ce dernier domaine.

Quelles sont les perspectives ?

Le Luxembourg dispose de nombreux facteurs positifs, mais certains sujets doivent être gérés pour préserver sa compétitivité. Je pense à l’infrastructure, à la rareté de certaines ressources ou au besoin d’une nouvelle convention bancaire par exemple. J’espère que certains sujets ralentis par les élections de 2018 seront rapidement traités.