Jérôme Bernodat et Linda Lamri (BNP Paribas Securities Services): Mettre en œuvre les décisions stratégiques: quelles options?

Avec plus de 5.000 milliards d'euros d'actifs sous gestion, le Luxembourg s'impose comme le leader mondial de la distribution transfrontalière. La transformation numérique accélérée, le Brexit, la recherche d'investissements plus durables ainsi que les changements de comportement des investisseurs sont autant d'éléments qui devraient continuer à remodeler le paysage de l'industrie des fonds dans les années à venir. Entretien.


Qu'est-ce qui est considéré comme «core business» pour vos clients institutionnels?

Linda Lamri: De notre point de vue, la tâche la plus fondamentale d'un gestionnaire d'actifs est double: déployer la bonne stratégie – produit, distribution, services – pour attirer un afflux important d'une part, et exécuter cette stratégie en mettant l'accent sur la création de valeur, l'atténuation des risques et la pleine conformité d'autre part. Il n'y a pas de stratégie universelle ou de formule magique pour qualifier ce qui est essentiel et ce qui ne l'est pas, en particulier dans un monde en évolution rapide.Ce qui est essentiel aujourd'hui ne le sera peut-être pas demain. L'évolution de la réglementation et les nouvelles tendances telles que les critères ESG peuvent influencer le processus de prise de décision en matière de gestion d'actifs pour évaluer ce qui est essentiel ou périphérique.

NCFR2758 .jpg

 

La stratégie d'externalisation d'un Asset Manager travaillant dans une banque universelle aura peu de points communs avec celle d'une société de gestion d'actifs indépendante de taille moyenne. Alors que les deux viseront une diminution des frais et une efficacité opérationnelle accrue!

Jérôme: «La délégation de la mise en œuvre de cette stratégie à un prestataire tiers est une alternative forte à évaluer».

Une fois le ce cœur de métier défini, comment sont gérées les activités complémentaires?

Linda Lamri: La concurrence féroce, les défis de rentabilité et les contraintes réglementaires croissantes ont accéléré la tendance à l'externalisation au cours de ces dernières années, tant pour les OPCVM que pour les fonds alternatifs. De notre point de vue, le secret d'une relation réussie entre un fournisseur et un gestionnaire d'actifs commence, comme toujours, par la confiance. L'ancien modèle «client-fournisseur» est dépassé: établir des partenariats commerciaux solides et offrir une expérience client de première classe ainsi que des rapports de pointe est la nouvelle façon de procéder. La sélection d'un fournisseur doté de capacités d'évolutivité, d'un engagement solide envers le marché et d'une feuille de route d'investissement solide peut aider les gestionnaires d'actifs à passer des coûts fixes aux coûts variables. De plus, regrouper ses services Back et Middle Office auprès d’un seul fournisseur se traduit généralement par des flux opérationnels améliorés et rationalisés: nos clients Asset Manager peuvent bénéficier d'une livraison plus rapide du service et des données ainsi que d'une gouvernance simplifiée.

Linda: «Construire des partenariats commerciaux solides et offrir une expérience client de première classe ainsi que des rapports de pointe est la nouvelle voie à suivre»

Et… qu'en est-il du Front Office (FO)?

 

Jérôme Bernodat: ​​Historiquement, les deux grands piliers du FO – la prise de décision et l'exécution des ordres – étaient gérés directement par les Asset Managers (AM). Aujourd'hui, on constate une évolution dans l'exécution des ordres. Selon la taille, les volumes, les types d'actifs et l'empreinte géographique, la délégation peut devenir une alternative pour aider à transformer les coûts fixes en coûts variables tout en respectant toutes les obligations réglementaires. Une évolution similaire se produit dans les activités de prêt/emprunt de titres où un nombre croissant de gestionnaires d'actifs nomment un agent. Plus précisément, dans le contexte des investissements internationaux où les investissements sous-jacents sont liés aux composants de change, la gestion des devises est un sujet de discussion. C'est pourquoi les solutions de change automatisées et externalisées sont largement utilisées aujourd'hui. Un autre élément à considérer est le risque de change généré par de tels investissements: la stratégie de couverture de change fait partie du cœur de métier d'Asset Manager, mais la délégation de la mise en œuvre de cette stratégie à un prestataire tiers est une alternative solide, à évaluer. De même, en cash management, la stratégie est entièrement pilotée par les Asset Managers, tandis que la mise en œuvre peut être confiée à leur banque.

La production de rapports réglementaires précis et opportuns pour les clients est d'une importance primordiale pour les soulager des obligations réglementaires croissantes auxquelles ils sont confrontés. De plus, étant donné que la responsabilité de surveillance incombe au conseil d'administration, des outils de surveillance et des KPI solides doivent être disponibles pour permettre un contrôle efficace des activités externalisées. Il ne s'agit pas d'envoyer des données, il s'agit d'envoyer des informations significatives pour aider et soutenir les clients.

Pour conclure, dans un monde en évolution rapide, ce qui est essentiel aujourd'hui ne le sera peut-être pas demain!