Bruno Renders (Neobuild) : interview ‘Relations’

Directeur général du Conseil pour le Développement Economique de la Construction, administrateur de l’IFSB, de Cocert et de Neobuild, Bruno Renders partage sa conception des relations avec ses employés et ses clients. Interview.

Comment abordez-vous la communication avec vos clients et vos employés ?

La communication interne constitue un must au sein d'une entreprise ou d'un petit groupe d'entreprises. Elle fait partie intégrante de notre ADN managérial et s'opère de différentes manières. Sous une forme assez classique, efficace et nécessaire au quotidien, autrement dit plutôt de manière verticale, top-down. Elle est souvent relayée par les échelons managériaux intermédiaires et repose également sur plusieurs supports : les réunions de travail - en présentiel ou à distance- des directives générales et particulières mais également par le biais d'un intranet groupe. Elle est également transversale et collaborative dans la mesure où je souhaite que les équipes, les structures travaillent entre elles soit sur les aspects généraux et corporate du groupe, soit de manière plus ciblée sur certains projets. Dans ce cas précis, la communication peut reposer sur des supports identiques que la précédente mais fait également appel à d'autres outils. Je citerais par exemple l'organisation de petits déjeuners d'information, plutôt compliqués en cette période chaotique. Pour ce qui concerne nos clients cette communication est évidemment et avant tout personnalisée en BtoB. Elle s'articule aussi sur des supports de type mailing, newsletter, sites web et évidemment réseaux sociaux. Elle se double également de notre magazine sectoriel Neomag tiré à plus de 5000 exemplaires - avec lecture électronique - et qui opère une part importante du transfert de l'innovation technologique vers nos clients et membres. 

«  L’objet promotionnel permet de personnaliser un contact client sous un angle particulier, à condition de lui donner une certaine noblesse.   » - Bruno Renders 

 

Dans votre stratégie, quelle place occupe l’objet promotionnel ?

Il a, selon moi, tout son sens car il permet de personnaliser un contact client sous un angle particulier, à condition de lui donner une certaine noblesse. Dans notre cas il est lié à des évènements du groupe et n'a pas une vocation uniquement commerciale. Je souhaite qu'il s'inscrive dans une démarche de durabilité et d'économie circulaire. Cela peut, par exemple, induire le choix d’un objet promotionnel à fonctions multiples. Il doit être cohérent avec notre engagement en termes de RSE : le fait de rechercher un objet « unique » exclut toutefois qu’il soit à usage unique. Cela rend bien évidemment les choses plus complexes mais bien plus cohérentes. Notre fidélité à notre partenaire Maâ-Oui! s'appuie d'ailleurs sur cette démarche de durabilité bien comprise et propice à une forme de créativité promotionnelle qui nous convient parfaitement. 

Quels sont vos meilleurs souvenirs dans ce domaine ? 

Afin de ne heurter aucun de nos partenaires, je vais me focaliserer sur ce que nous avons offert lors de notre 15ème anniversaire. Nous avions proposé des crayons avec une graine de plante aromatique à replanter. Ce choix démontrait ainsi les critères évoqués précédemment, durabilité, fonctionnalité et circularité, tout en évitant les travers d’un caractère éphémère. Cet exemple montre aussi que cet objet de promotion responsable peut aussi rester très abordable. Nous travaillons d'ailleurs sur d'autres pistes innovantes et créatives pour les prochains mois. 

© 360Crossmedia

Andy Couve.png