Claus Mansfeldt (SwanCap) : Le bastion du private equity 

Claus Mansfeldt, Chairman et Managing Director, explique comment SwanCap a mis à profit ses 20 ans d'expérience pour faire face à la crise du Covid. La société se concentrera désormais sur les opportunités découlant de l'économie post-épidémique. Interview. 

Comment SwanCap navigue-t-elle en cette période ? 

 

En ne changeant pas de cap. Nous campons sur nos positions devant l'incertitude et les perturbations potentielles. Dans le cas du Covid-19, la situation reste aléatoire et les variants continuent à causer des ravages sur les modes de vie et les économies. L’activité de SwanCap consiste à gérer des programmes de placement dans les meilleurs fonds de private equity buy-out et les co-investissements associés. Dans ce cadre, notre expérience de plus de 20 ans nous a appris qu'un rythme d'investissement régulier, même dans les "mauvaises" périodes, demeure primordial. Il permet d'équilibrer le risque de baisse et de capturer également le rebond potentiel pour dégager une performance relativement continue à travers les cycles et au fil du temps. 

LPEA Book_Claus Mansfeld 08.jpeg

Quel impact produit l'ESG sur votre activité ? 

 

L'impact de l'étiquette ESG augmente nettement, mais celui de l'investissement responsable ne change pas tellement. Nous avons déjà atteint un haut degré de conscientisation à la discipline ESG dans les sociétés de private equity et les fonds correspondants. Mais, maintenant, les exigences des bailleurs et de la réglementation imposent de détailler et documenter davantage tous les aspects. 

“Nous avons déjà atteint un haut degré de conscientisation à la discipline ESG dans les sociétés de private equity et les fonds correspondants.”

Quels risques et opportunités identifiez-vous dans le secteur du private equity pour les cinq prochaines années ? 

 

Je redoute une réglementation abusive, ostracisant le private equity à cause de sa micro gestion et de son coût excessif de mise en conformité. Cela créerait un déséquilibre par rapport à un actionnariat classique, dans le public ou le privé. Les perspectives pour le PE dans les 5 prochaines années s’annoncent pourtant énormes. Pourquoi ? Parce que toute crise augmente la pression sur les acteurs économiques afin qu'ils s'ajustent et fonctionnent de manière rationnelle, rapide et décisive. Or, cette conjonction correspond précisément à l’hypothèse où les intérêts alignés du modèle de private equity donnent le meilleur.