Jerome Bloch (360Crossmedia) : gestion de crise, mode d’emploi 

Selon Jerome Bloch, dont la firme à traversé les crises de 2001, 2008 et 2020 « Toutes les crises génèrent de nombreuses opportunités ». Interview. 

 

Comment tirer avantage d’une crise ? 

La réponse courte, c’est l’anticipation. Le niveau de stress en temps de crise est tel qu’il s’avère difficile de trouver une réaction optimale à chaud. J’utilise souvent l’image du pilote d’Airbus A320 dont le moteur droit est en feu : il ouvre calmement son manuel et applique, ligne par ligne la procédure rédigée depuis des lustres. La plupart des entreprises ne prennent pas le temps pour rédiger un tel manuel. Lors des séminaires, je parle souvent du « paradoxe des crises » : elles génèrent des poussées d’adrénalines parfois grisantes, qui peuvent donner l’impression aux dirigeants spécialisés dans l’improvisation d’avoir été héroïques. En réalité, les vrais héros sont les managers qui préparent leurs entreprises à une crise longtemps avant qu’elles ne surviennent ! Ils réduisent considérablement le niveau de risque et de stress auxquels l’entreprise et les employés sont exposés. En d’autres termes, la gestion de crise est étroitement liée avec le niveau de leadership des cadres des entreprises.

« Les vrais héros sont les managers qui préparent leurs entreprises à une crise longtemps avant qu’elles ne surviennent ! », Jerome Bloch

 

jb_montage_lafo_02.jpg

De quel type de leadership parlez-vous ? 

A mes yeux, un leader joue avant tout un rôle de visionnaire : il anticipe le potentiel d’un employé lorsqu’il l’embauche et trace le chemin idéal que la firme doit suivre à moyen et à long terme. Ce leadership peut concrètement d’appliquer à 3 points précis : d’abord la culture d’entreprise. La crise du Covid a clairement montré que les employés des firmes disposant d’une forte culture surperformaient en télétravail, alors que les autres était souvent difficiles à joindre. Or dans la plupart des firmes, la culture est comme ‘la force’ dans la guerre des étoiles : tout le monde en parle mais personne ne l’a jamais vue. Il faut la rendre tangible. Ensuite les investissements, tant dans la formation du personnel que dans la technologie. Ceci sonne comme une évidence, mais les sociétés à faible rentabilité ont souvent des difficultés à dissocier la gestion du présent et la nécessaire préparation du futur au travers d’investissements. Lorsque les liquidités sont limitées, je recommande de recourir à l’emprunt pour financer l’avenir. Enfin, le dernier point concerne la préparation de réponses à des situations de crise, bien avant qu’elles ne surviennent.

 

 

Pouvez-vous donner des exemples ? 

L’approche 360 à la gestion de crise s'applique à toutes les échelles : de la crise médiatique soudaine et passagère à la gestion d’une grave crise financière annoncée. Concrètement, je conseille aux entreprises de partager clairement une culture en phase avec notre époque, basée sur un état d’esprit résolument positif, centré sur la résolution de problèmes, une communication efficace et une forte prise de responsabilité à tous les étages. Ceci permet de s’accommoder du télétravail et de préparer une armée de collègues prêts à affronter à la fois les défis du présent et les incertitudes du futur. 360Crossmedia par exemple a pu réorienter ses activités vers la vidéo en 2020 grâce aux investissements que nous avions fait en 2018 dans www.360box.fr. Après une année record en 2019, nous sommes parvenus à croître de 20% en 2020, puis à nouveau de 20% en 2021.