top of page

Isabel Frits et Andrew Bester (ING Wholesale Banking) : Les défis du Wholesale Banking pour financer un nouveau monde

La banque ING a annoncé en mai qu'elle arrêtait ses services de banque de détail pour les particuliers au Luxembourg et qu'elle mettrait davantage l'accent sur ses activités de wholesale banking et de  personal and private banking ». Avant cette annonce, Andy/Duke a rencontré Isabel Frits, Head of ING Wholesale Banking Luxembourg et Andrew Bester, membre du comité de direction d'ING Group et Head of Wholesale Banking Global.

20240514_ING_Andrew-Bester_Isabel-Frits_02.jpeg

À quels clients vous adressez-vous dans le segment Wholesale Banking ?

Andrew Bester : Au niveau du groupe, nous nous concentrons sur les plus grandes entreprises et fonds du monde, à travers notre réseau implanté dans 40 pays. Notre mission est de les aider à atteindre leurs objectifs dans le cadre de leurs activités respectives. Pour les directeurs financiers, cela signifie répondre à tous leurs besoins de trésorerie, des paiements jusqu’à la gestion des liquidités, en passant par la couverture des risques, les opérations de change et les prêts. Du côté des fonds, nous couvrons l'ensemble de la chaîne de valeur, de la création à la liquidation, y compris les paiements et la gestion de trésorerie, les activités de banque dépositaire (depositary) et de conservateur (custodian), , la couverture des risques et le préfinancement des appels de capitaux (capital call) par le biais de prêts structurés.

Isabel Frits : Pour Luxembourg, notre cœur de métier se concentre clairement sur les fonds d'investissement, mais nous avons également comme clients des entreprises, d'autres banques et des compagnies d'assurance. Nous avons moins de grandes entreprises que dans d'autres pays, mais il y a aussi de belles pépites au Luxembourg. Lorsque leur siège social est implanté au Grand-Duché, la relation est pilotée globalement depuis  Luxembourg. Si leur siège est situé ailleurs, le Luxembourg répond aux besoins locaux des clients tout en tirant parti du réseau mondial d’ING. Dans les deux cas, nos clients luxembourgeois bénéficient d'un point de contact unique et d’une expertise globale dans de nombreux secteurs. L'un d'entre eux est la gestion de fonds, où le Luxembourg est le centre d'expertise mondial d'ING.

"Le Luxembourg est le centre d'expertise mondial d'ING pour la gestion de fonds."

Comment aidez-vous vos clients à atteindre leurs objectifs ?

Andrew Bester : Dans le monde d'aujourd'hui, il est essentiel pour nos clients de pouvoir compter sur une banque solide et performante comme ING. Cela leur permet d’avoir l'esprit tranquille car ils savent qu’ils peuvent compter sur nous pour les aider à faire face à la complexité croissante de notre monde. Je pense notamment à quatre principaux défis: les risques - y compris l'inflation, les changements géopolitiques, le change -, la réglementation, la numérisation et la durabilité. Permettez-moi de vous donner un exemple de risque, tiré du soutien apporté à nos clients dans le secteur du transport maritime au cours du mois dernier. Une pénurie d'eau dans le canal de Panama a entrainé le déroutement de nombreux navires. Les directeurs financiers de nos clients ont dû réévaluer les itinéraires de leurs porte-conteneurs, atténuer les augmentations de coûts et réexaminer la couverture de leurs risques, notamment à l’égard des matières premières et des taux de change. Dans certains cas de figure, nous avons fourni des lignes de crédit temporaires ou des garanties nécessaires à leur fonctionnement. Sur le plan réglementaire, notre rôle est d'aider nos clients à toujours rester en conformité. Nous pensons qu'une approche bien guidée crée un environnement plus sûr et de nouvelles opportunités.

Isabel Frits : Sur le plan de la durabilité, ING dispose d'un solide avantage en étant  reconnu comme un pionnier. En 2017, nous avons été la première banque à accorder un prêt lié à la durabilité à une entreprise néerlandaise. Encore aujourd’hui, ce prêt aide nos clients dans leur transition durable mais nécessite du temps pour atteindre un niveau d’émissions nettes nulles . En tant que banque, nous jouons notre rôle dans ce processus important en fixant des indicateurs de performance spécifiques - comme réduire les émissions de CO2 ou accroître la diversité – ce qui donne accès à des taux d'intérêt plus bas lorsqu'ils sont atteints. Nous avons également étendu ces mécanismes aux obligations.

Quels risques et quelles opportunités voyez-vous aujourd'hui ?

Andrew Bester : Je pense que la situation est assez équilibrée. La croissance récente dans la zone euro et aux États-Unis a été plus forte que prévu et tout le monde commence à reconnaître le changement pour ce qu'il est : la préparation d'un avenir plein d'opportunités. Dans le monde d'aujourd'hui, chaque entreprise doit développer un modèle économique très clair. Si le changement climatique est le plus grand défi auquel la société est confrontée, la résolution de ce problème offre également d'immenses possibilités. Selon l'Agence internationale de l'énergie (IEA), la transition vers des émissions nettes nulles d'ici à 2050 nécessitera un financement bancaire annuel de 5 000 milliards de dollars d'ici à 2030 à l'échelle mondiale. Nous augmentons donc le nombre de transactions durables chaque année, contribuant ainsi à la transition durable de  nos clients.

Isabel Frits : Notre culture « orange » est absolument unique et efficace dans ce contexte. Elle est très entrepreneuriale et se concentre sur l'aide à apporter à nos clients. A Luxembourg nous avons  identifié de nombreuses opportunités. A titre d’exemple : 19,7 % des fonds au Luxembourg ont des initiateurs américains. Il s'agit d'un marché énorme, à mettre en lien avec les 20 % d'activités provenant des États-Unis dans notre segment mondial  wholesale banking. Nous rencontrons beaucoup de clients potentiels, nous les écoutons attentivement, afin de pouvoir leur proposer des solutions sur mesure qui les aideront à réussir. Pour moi, la clé du succès aujourd'hui réside dans notre capacité à comprendre la complexité des besoins de nos clients.

"La clé du succès aujourd'hui réside dans notre capacité à comprendre la complexité des besoins de nos clients."

bottom of page