Jared Isaacman (Inspiration4): l’Acte de foi.

Le business model du futur

Pour Elon Musk, ce vol constitue une campagne de publicité sidérale : non seulement il renforce la réputation de SpaceX, une société ‘capable d’échouer vite’ pendant les phases de développement de ses projets pour ensuite afficher des performances inédites dans les vols commerciaux. Mais en plus, Jared lui fournit l’archétype du partenaire du futur. Comme Musk le déclarait dans une interview juste après le retour de la mission « Inspiration4 », sa société recherche des personnes souhaitant participer à des vols vers la lune ou mars. Or ces candidates doivent cumuler « la volonté et les moyens » nécessaires. Le modèle public-privé déjà en place entre SpaceX et la Nasa risque donc de se développer encore, avec des mécènes aventuriers affrétant des missions dans le futur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est d’ailleurs probable que Jared Isaacman soit capable de mesurer un retour sur investissement dépassant largement le cadre philanthropique initial : son nom et ceux de ses sociétés ont déjà pris énormément de valeur,  grâce à la qualité du branding, de la narration et de la communication d’Inspiration4.

Prochaine étape

Nous assistons à un nouvel âge d’or de la conquête spatiale. Elon musk va continuer à égrainer les échéances avec Falcon 9 et Starship. Vous pouvez d’ailleurs suivre l’actualité ou visiter la Starbase de SpaceX sur Youtube en suivant d’excellentes chaînes comme « Everyday Astronaut ». Virgin Galactic et Blue Origin vont poursuivre leurs efforts pour réduire leur retard, en profitant sans doute du fort intérêts manifesté par les investisseurs. Et dans le domaine de la mise sur orbite de satellites – y compris très petits – des start-ups comme Firefly, Rocket Lab ou Blue Canyon ne cessent d’apparaître. Tout le problème dans une société comme la nôtre violemment opposée à la prise de risque tient dans la réaction de l’opinion publique et des régulateurs en cas d’accident. La génération précédente se souvient de l’impact des accidents de Challenger en 1986 et Columbia en 2003. Malgré la spectaculaire fiabilité de SpaceX, dans le domaine de la conquête spatiale, la question n’est pas « Si ? », mais « Quand ? »

Double ouverture.jpg

Jeff Besos et Richard Branson ont sans doute apprécié la performance :  Inspiration4 a réduit leurs initiatives spatiales respectives au rang de saut de puces ultra-médiatisés. Imaginé par le milliardaire Jared Isaacman suite à une visite à Baïkonour en 2008 et assuré par SpaceX, ce vol risque de marquer l’histoire de l’exploration à plus d’un titre. Analyse.

L’acte de foi

Que feriez-vous si vous étiez invité gratuitement à prendre place dans un vol orbital ? Accepteriez-vous de vous asseoir au sommet d’une fusée remplie de substances explosives en espérant que tout se passe bien jusqu’à l’amerrissage, trois jours plus tard ? Pour l’instant, même Elon Musk n’a pas osé, et c’est Jared Isaacman, un autre milliardaire - créateur des sociétés Shift4 et de Draken International – qui a affrété un vol spécial et invité 3 personnes à prendre place à ses côtés dans Crew Dragon. Les détails ont été soignés, avec notamment l’utilisation du pas de tir mythique PAD39 A d’où Saturn V avait envoyé les astronautes vers la lune. Le casting a démarré avec une publicité diffusée pendant le Superbowl et a permis de réunir une équipe digne d’un boys band, avec quatre personnes très différentes permettant au grand public de s’identifier facilement à au moins l’un deux : le commandant richissime, la pilote brillante, l’officier médical super sympa et le spécialiste qui ressemble à mon voisin. Au-delà de la performance médiatique, ce quatuor a marqué l’histoire en inspirant une confiance énorme dans les vols spatiaux : d’une part, le vol était entièrement automatisé ; de l’autre, ses passagers semblent avoir apprécié chaque minute du vol.

« Dans une mission orbital de plusieurs jours, vous avez beaucoup de temps pour que les choses tournent mal ».

Jared Isaacman