Alan Dundon (L3A): Une responsabilité croissante pour la réglementation des actifs réels

Alan Dundon, président de la Luxembourg Alternative Administrators Association, a déclaré que représenter les membres du secteur des «actifs réels» parmi les sociétés de fonds et de services aux entreprises aide L3A à refléter un échantillon représentatif des points de vue du secteur financier sur la manière de réagir aux défis et aux opportunités découlant des changements continuels dans les environnements commerciaux et réglementaires.


Pouvez-vous décrire L3A en quelques mots?

La Luxembourg Alternative Administrators Association (L3A) a été créée pour soutenir et promouvoir les intérêts du secteur luxembourgeois des fonds et des services aux entreprises. Nos membres comprennent à la fois des prestataires de services indépendants et des banques actives dans l'administration de structures d'investissement alternatif. Elle se distingue des autres organisations du secteur financier luxembourgeois, telles que l'ALFI, la LPEA ou l'ABBL, en comptant parmi ses membres principaux des prestataires de services alternatifs. En conséquence, nous obtenons un bon échantillon de points de vue sur la meilleure façon de réagir aux nouveaux défis et opportunités découlant des changements continus dans nos environnements commerciaux et réglementaires. L3A a acquis une voix forte dans les organisations de promotion de la place financière luxembourgeoise, comme PROFIL (Fédération luxembourgeoise de l'industrie financière), la Chambre de Commerce, mais aussi en tant que membre du Haut Comité de la Place Financière.

Alan Dundon (1).jpg

«Les actifs traditionnels, y compris les titres à revenu fixe et les actions, ont eu du mal à fournir les rendements à long terme que les «actifs réels» comme le capital-investissement, l'immobilier, les infrastructures et la dette privée peuvent offrir»

 

Quelles sont vos priorités en tant que nouveau Président de L3A?

Parce que nous avons communiqué directement avec nos membres au sujet de l'examen et de la réponse au changement, L3A n'a pas été particulièrement visible sur le marché à ce jour. Au cours de mon mandat, j'ai l'intention de me concentrer sur l'augmentation de la communication externe en utilisant différents canaux, y compris les médias sociaux. Changer notre nom (L3A était auparavant LIMSA) a été la première étape dans l’amélioration de notre image de marque et l'augmentation de notre visibilité. Nous avons eu la chance de recruter Julie Lhardit avec sa vaste expérience en communication et en gestion de projets pour accélérer nos ambitions en la matière. Nous nous concentrerons également sur la poursuite du développement de notre base de membres parmi les fournisseurs de services indépendants et les banques en démontrant que nous pouvons être à la fois pertinents et bénéfiques pour nos membres.


Quels sont les défis et les opportunités auxquels les membres de L3A sont confrontés et comment votre association les aide-t-elle?

Les actifs traditionnels, y compris les titres à revenu fixe et les actions, ont eu du mal à fournir les rendements à long terme que les «actifs réels» comme le capital-investissement, l'immobilier, les infrastructures et la dette privée peuvent offrir. Cela a accru l'appétit des investisseurs institutionnels et des grands family offices pour ces actifs réels. Les membres de L3A ont ainsi l'opportunité de contribuer au succès futur de l'industrie financière luxembourgeoise dans le développement du Grand-Duché en tant que hub principal pour les investissements en actifs réels. Parmi les défis, on retrouve l'intérêt croissant des investisseurs institutionnels et de détail pour les actifs réels, faisant de notre industrie une priorité pour les politiciens et les régulateurs. L3A peut répondre aux préoccupations des régulateurs et de la communauté en promouvant une application sensée et pragmatique des nouvelles exigences et réglementations.