Pascal Rapallino (LAFO): Soutenir le secteur du Private Wealth

Depuis son arrivée, le nouveau Président de la LAFO, Pascal Rapallino, s'est donné deux priorités : renforcer et dynamiser son réseau. En fédérant le plus grand nombre d'acteurs du Private Wealth autour de l'association, la LAFO entend créer un pôle d'attraction pour ces métiers avec son écosystème au sein de la place financière luxembourgeoise et à l'étranger. 

Pouvez-vous décrire la LAFO en quelques mots ? 

La LAFO (Luxembourg Association of Family Offices) a été créée en juin 2010 à l'initiative du Président sortant et actuel Président d'Honneur, Serge Krancenblum, et de son ancien Président, Jean Fuchs. Elle vise à contribuer activement à la reconnaissance de la profession des Family Office par les autorités du pays. L'association assure trois missions principales : elle interagit avec le ministère des Finances et les régulateurs, défend les intérêts des professions représentées par ses membres et propose des formations continues au secteur. La formation passe par la production d'études et de contenus et l'organisation de conférences et de séminaires. Jusqu'à fin 2021, aucune association ou fédération professionnelle au Luxembourg ne représentait ni ne défendait les intérêts des professionnels du patrimoine privé. Le domaine du Private Wealth n'était pas régulé et ne disposait pas de représentation professionnelle malgré son fort développement et sa contribution significative actuelle à l'économie luxembourgeoise. La dernière Assemblée Générale de décembre 2021 a entériné une modification des statuts permettant à la LAFO d'être plus inclusive et d'aller au-delà des seuls métiers du Family Office en s'ouvrant aux gestionnaires de fortune privée. Ce développement majeur permet à la LAFO de contribuer à la promotion du Luxembourg en tant que place financière au niveau international ainsi que de soutenir et de promouvoir l'excellence de acteurs du Private Wealth. 

 

301D6CDC-21DB-482D-A278-07E151962CD0.jpeg

« Participer à la promotion du Luxembourg au niveau international en accompagnant les acteurs locaux afin de contribuer à leur excellence professionnelle », Pascal Rapallino 

Quelles sont vos priorités en tant que nouveau président de la LAFO ? 

 Mon action s’inscrira évidemment dans le prolongement de celle de Serge Krancenblum. 

Cependant, ma priorité consistera à mettre en œuvre la stratégie d'ouverture de notre écosystème votée le mois dernier. A ce titre, je souhaite faire connaître l'association à de nouveaux acteurs éligibles et dynamiser le réseau existant à travers des événements tels que des conférences, des petits déjeuners thématiques – autour de sujets comme l'art, l'investissement responsable ou certaines nouvelles classes d'actifs. Nous miserons également sur des cocktails, des visites exclusives et d'autres formats dédiés au networking. La mise en application de ces idées dépendra évidemment des aléas de la situation sanitaire. De même, je m'attacherai à renforcer le réseau des grands partenaires associatifs et institutionnels afin de mutualiser nos initiatives et créer des synergies disciplinaires. 

 

 

À quels défis et opportunités les membres de la LAFO sont-ils confrontés ? 

Nos métiers sont confrontés à de nombreux enjeux, notamment en matière de digitalisation, d'investissement responsable et de formation continue. Des éléments macroéconomiques tels que l'inflation et la hausse possible des taux d'intérêt représentent également des sources de risque pour les activités de capital-investissement et d'immobilier. Ainsi, nous accompagnerons au mieux nos adhérents sur ces questions afin de transformer ces risques en opportunités par des échanges avec des acteurs reconnus, des formations et le développement de synergies entre adhérents. Ensemble, nous pouvons faire face à ces mutations économiques mais aussi structurelles de notre patrimoine privé.