Eric Larchevêque (Ledger) : Embrasser la crypto-révolution en toute sécurité 

Selon Eric Larchevêque, co-fondateur de Ledger, les crypto-monnaies ont impacté notre économie en deux points essentiels : la décentralisation de l’infrastructure financière et la redéfinition de la monnaie. Interview. 

 

 

Pouvez-vous présenter Ledger en quelques mots ? 

J’ai co-créé Ledger en 2014 pour répondre au problème majeur de la sécurisation des crypto-actifs. Nous avons ainsi conçu un « Hardware Wallet » sécurisé afin de protéger les clés privées. Posséder des crypto-monnaies revient en effet à posséder une information qui, comme tout type de bien, doit être protégée. Le réseau public de la Blockchain recourt au principe fondateur de la signature cryptographique qui nécessite de prouver la connaissance du mot de passe nécessaire à une transaction sans jamais le révéler. Dans ce cadre, notre hardware garantit la protection du mot de passe même en cas de hacking du device utilisé pour se connecter à internet. Nous sommes le leader mondial de ces solutions avec plusieurs millions d'utilisateurs particuliers et professionnels, sécurisant 15% de l’ensemble des crypto-actifs sur la planète.  

 

« Au même titre que nous protégeons nos biens de valeur dans un coffre-fort, nous devons protéger nos crypto-actifs dans un coffre numérique. », Eric Larchevêque

 

ALGOSUP-EricLarcheveque-2022-10.jpg

Comment les cryptomonnaies impactent-elles déjà nos économies ? 

 A travers deux éléments essentiels : la décentralisation de l’infrastructure financière et la redéfinition de la monnaie. La blockchain constitue en effet un mécanisme permettant d'échanger des valeurs sur un système ouvert, sans nécessité de transit par un élément central comme une banque ou un organisme financier. De ce premier impact a découlé la redéfinition de la monnaie. D’un point de vue juridique, les crypto-monnaies ne sont pas considérées comme des monnaies officielles. Elles représentent pourtant une véritable alternative économique à la notion fondamentale d'argent, jusqu'ici géré par les États et les banques centrales. Les crypto-actifs sont aujourd’hui gérés par un système mathématique prévisionnel se réduisant à quelques équations et ne dépendant plus d’un pouvoir central étatique. Si la valeur de la monnaie traditionnelle se base sur la confiance en la capacité du gouvernement de pouvoir lever l'impôt et assurer la valeur de la monnaie, celle d’une crypto-monnaie se base sur la confiance de la population sur le réseau. Plus des individus, des entreprises ou même des États placeront leur confiance dans une crypto-monnaie, plus cette dernière prendra de la valeur.  

 

 

Quels risques et opportunités identifiez-vous sur le long terme ? 

 Les crypto-actifs comportent de nombreux risques notamment liés à sa très forte volatilité. Ils ne représentent aucune promesse de richesse mais plutôt une promesse philosophique et économique de conservation de leur valeur par rapport aux monnaies classiques, traditionnellement soumises à une inflation extrêmement importante. Des risques technologiques sont par ailleurs liés à la décentralisation. En effet, en devenant notre propre banque, nous endossons la responsabilité de notre propre sécurité. Au même titre que nous protégeons nos biens de valeur dans un coffre-fort, nous devons protéger nos crypto-actifs dans un coffre numérique, comme celui que Ledger fournit. Les utilisateurs doivent également se prémunir de l’ingénierie sociale en s'éduquant sur le sujet et en maitrisant ses fondamentaux avant de recourir à cette technologie. Mais les crypto-actifs représentent également des opportunités d’investissement de création de nouveaux business modèles. Ils permettent en effet de tokeniser tous types de biens comme le fait le NFT en associant associer à un token à un objet dans l’objectif de le commercialiser. Nous ne qu’à l'aube de cette révolution qui créera un nombre incalculable d'opportunités entrepreneuriales !