top of page

Michael Burch (ING) : Embrasser l'incertitude ou entouré d’incertitude

"Pour réaliser une transformation, quelle qu'elle soit, il faut gagner le cœur des gens", déclare Michael P. Burch, docteur en philosophie, qui a récemment rejoint ING Luxembourg en tant que CEO et Country Manager. Interview.

 

Pouvez-vous décrire votre parcours professionnel en quelques mots ?

J'ai toujours aimé travailler avec les gens et j'ai une passion pour les services financiers. Né près de Zurich, j'ai commencé ma carrière au Boston Consulting Group (BCG), en tant que consultant auprès de différentes institutions financières, avec diverses équipes sur les fusions et acquisitions, la stratégie et la transformation. J'ai réussi à passer un an à Moscou, deux à New York et trois à Londres. Chaque étape m'a donné l'occasion d'apprendre et d'avoir un impact. J'ai notamment réalisé que pour réussir toute transformation, il faut gagner le cœur des gens. En 2013, j'ai quitté le secteur du conseil et j'ai rejoint le groupe BHF Kleinwort Benson pour assumer l'entière responsabilité de la gestion après des années passées à élaborer de grandes idées. J'ai récemment quitté BlackRock pour rejoindre ING afin de partager mon expérience internationale en matière de gestion d'actifs, de banque privée, de gestion de patrimoine et de banque de détail. J'ai le sentiment de m'intégrer parfaitement dans une banque aussi universelle, au service de différents types de clients, avec une forte culture d'entreprise. 

 

NCFR8712.jpeg

"Notre objectif reste inchangé : donner aux gens les moyens de garder une longueur d'avance dans la vie et dans les affaires."

Comment les besoins de vos clients évoluent-ils ?

 

Afin d'évaluer les besoins de nos clients, il est essentiel de les comprendre : Après deux ans de Covid, la vie reste difficile pour nous tous. Le coût de la vie, l'énergie et les augmentations des taux d'intérêt font qu'il est plus difficile de s'offrir une maison, en même temps que la génération, principalement jeune, prend davantage de responsabilités pour notre planète. En tant que banque, nous devons faire des choix pour savoir où créer le plus de valeur. Par exemple, en ce qui concerne le CO2, l'empreinte que nous laissons en tant qu'entreprise est marginale, mais notre véritable impact réside dans la manière dont nous aidons et influençons nos clients : en associant le financement à la transition écologique et en aidant les ménages à être financièrement avisés. J'ai commencé chez ING à un moment clé, alors que la stratégie globale évoluait pour placer le client encore plus au centre et lui offrir une expérience supérieure. Notre objectif reste inchangé : donner aux gens les moyens de garder une longueur d'avance dans la vie et dans les affaires. Les clients attendent de nous que nous fassions la différence dans les moments importants de leur vie et la société a de plus en plus besoin que nous jouions un rôle essentiel dans la protection des personnes et de la planète. Nous sommes déterminés à répondre à ces attentes et, si possible, à les dépasser dans les années à venir. 

"Là où il y a du changement, il y a des opportunités !"

Quels risques et opportunités identifiez-vous ?

De nombreux défis sont partagés dans le secteur et ne sont pas spécifiques à ING ou même au Luxembourg. Actuellement, les banques doivent assurer leur résilience et leur rentabilité malgré les vagues réglementaires, un contexte géopolitique incertain qui affecte les marchés financiers, et les attentes des clients qui ne cessent de croître. Mais là où il y a du changement, il y a des opportunités, surtout chez ING où nous avons un esprit entrepreneurial ! Nous devons repenser notre façon de travailler pour attirer et retenir nos collaborateurs, nous devons intégrer l'ESG dans tout ce que nous faisons et nous continuerons à nous adapter aux nouvelles exigences réglementaires.  Cela représente de réelles opportunités. En bref, nous devons commencer à construire l'avenir dès maintenant. 

NCFR8918.jpeg

Découvrez toutes les photos ici : 

NCFR9212.jpeg
bottom of page