Sam Tanson (ministère de la Culture) : Développer et professionnaliser le secteur culturel luxembourgeois 

« Le Luxembourg, malgré sa petite taille, possède une scène culturelle foisonnante et riche », affirme Sam Tanson, ministre de la Culture. Le secteur a selon elle deux défis que le ministère soutient : sa professionnalisation et son développement sur la scène internationale. Explications. 

 

 

Itinéraire politique 

Après avoir poursuivi des études de droit et de sciences politiques, la carrière de Sam Tanson débute à RTL Radio Lëtzebuerg où elle exerce le métier de journaliste. Elle exerce ensuite en tant qu’avocate au barreau de Luxembourg avant d’entrer en politique et d’occuper plusieurs fonctions au sein du parti politique déi gréng. D’abord conseillère puis échevine de la Ville de Luxembourg, elle devient ensuite membre du Conseil d’État puis puis membre de la Chambre. Elle entre au gouvernement suite aux élections législatives de 2018 en tant que ministre de la Culture et du Logement. Elle troque enfin ce dernier portefeuille ministériel pour celui de la Justice lors du remaniement gouvernemental de 2019.  

« Le réseautage et le rayonnement international figurent parmi les priorités de développement », Sam Tanson

 

sip_0278_HR.jpg

Défis culturels  

« Le secteur a été particulièrement touché par la crise sanitaire liée au Covid-19, car il vit de l’échange et du contact avec le public. Les restrictions et la fermeture des lieux culturels au début de la pandémie ont considérablement impacté les artistes et la scène en général », précise Sam Tanson. En parallèle, le secteur de la culture est confronté au défi de la professionnalisation, qui se poursuit depuis des années et le transforme en profondeur. De plus, le réseautage et le rayonnement international figurent parmi les priorités de développement. 

 

 

Soutien du ministère 

« Nous nous efforçons d’avoir une démarche participative, d’être à l’écoute du secteur culturel et d’inclure les recommandations et idées apportées. Pendant le confinement, nous avons soutenu le secteur en déclenchant le dispositif d’aides Neistart Lëtzebuerg – Culture, doté de 5 millions d’euros et visant entre autres à compenser le manque à gagner résultant de l’annulation d’événements. Nous avons par ailleurs été parmi les premiers pays en Europe d’ouvrir à nouveau les lieux culturels », explique la ministre de la culture. Depuis 2016, le ministère organise des Assises culturelles, afin d’inclure le secteur dans toutes les réflexions politiques et de mieux cerner les défis qui le concernent. Ces réflexions sont à la base du Kulturentwécklungsplang 2018-2028, le plan de développement et de professionnalisation du secteur. Elle ajoute : « Le ministère a également commandé des états des lieux à plusieurs experts afin de construire sa future politique culturelle ». En termes de professionnalisation, la structure Kultur | lx favorise et accompagne les démarches internationales des artistes pour leur permettre de trouver un public à l’étranger. Cette asbl est destinée à devenir un établissement public.