top of page

Benjamin Collette et Bastien Collette (Palana) : l’AML/CTF au cœur de l’asset management et de l’asset servicing 

NCFR4486.jpeg

Un an après sa création, Palana rassemble déjà une quarantaine d’employés spécialisés dans l’AML/CTF et la lutte contre les crimes financiers sous toutes leurs formes. Interview. 

Pouvez-vous présenter Palana en quelques mots ? 

Notre groupe comporte deux entités : Palana et Palana services. La première se spécialise dans le conseil aux asset managers et aux asset servicers, dans toutes les classes d’actifs, des plus simples aux plus sophistiquées, notamment dans l’alternatif. Forts d’une très forte expertise dans l’AML/CTF, nous avons commencé nos activités en nous focalisant sur ce segment où la demande est extrêmement forte. Nous ajoutons désormais des sujets supplémentaires, tout au long de la chaîne de valeur de nos clients : réglementaire, stratégie, efficience opérationnelle, support à la distribution et ainsi de suite. Nous servons le Grand-Duché, la France, la Suisse et le Royaume-Uni à partir du Luxembourg avec comme objectif clair de nous imposer comme la référence en matière d’AML/CTF, au niveau de la qualité et de la réactivité. La seconde entité, Palana Services offre des « managed services » aux asset managers et aux asset servicers : avec notre partenaire, Avanterra, nous disposons de l’expertise et de la technologie pour prendre en charge des tâches hautement complexes mais satellites comme le reporting réglementaire, l’enregistrement et la distribution de fonds ou la fiscalité. Notre collaboration permet à nos clients non seulement de mutualiser les coûts souvent rédhibitoires dans ce domaine, mais aussi de se concentrer sur leur cœur de métier. Pour résumer, nous offrons de l’expertise, une technologie de pointe, du support administratif et de l’assistance opérationnelle de qualité. 

« Pour résumer, nous offrons de l’expertise, du support administratif et de l’assistance opérationnelle »

Quel impact l’AML/CTF et la lutte contre les crimes financiers ont-ils sur les asset managers et les asset servicers ? 

Les demandes des autorités et des citoyens en matière d’équité - notamment fiscale -  ont placé l’AML/CTF au cœur des modèles de nos clients. Nous sommes passés en quelques années d’une simple collecte de cartes d’identités à une approche hautement experte impliquant une analyse holistique des dossiers, un suivi permanent de la législation, la création de politiques internes et procédures, sans oublier des contrôles à tous les étages. Seule une équipe de spécialistes peut faire face à de telles obligations. Les sociétés que nous servons veulent s’adapter à cette évolution afin de mieux servir leurs clients et de protéger leur réputation à une époque où le « name and shame » se généralise. Le Luxembourg a su profiter de son écosystème d’experts dans la finance et de clients internationaux pour s’imposer comme juridiction à la pointe de la complexité et du respect des règles AML/CTF. Dans le domaine du private equity par exemple, la plupart des sociétés choisissent le Grand-Duché pour monter de nouveaux fonds. 

« Un AML officer compétent et bien équipé permet d’éliminer les blocages inutiles »  

Comment les entreprises peuvent-elles prévenir tout risque lié à ces problématiques ? 

Vous pouvez comparer la prévention dans le domaine de l’AML/CTF à celle concernant votre santé : chaque euro investi permet en général d’économiser deux euros. Et trois ou quatre fois plus lorsque des mesures de remédiation s’avèrent nécessaires. A nos yeux, tout commence avec la formation. Lorsque les employés comprennent bien la législation et leurs clients ainsi que la fiscalité, le nombre d’interactions au début du KYC diminue radicalement. La plupart des dossiers bloqués le sont d’ailleurs souvent par manque de compréhension du dossier ou de la législation. Et de manière plus large, un AML officer compétent et bien équipé permet d’éliminer les lenteurs ou blocages inutiles : il facilite la croissance de son entreprise. Pour vous donner un exemple, de nombreux comptes investisseurs sont bloqués ou ralentis par des Agents de Transfert par manque de connaissance de la législation du pays d’origine ou de la structure du client, ce qui leur fait perdre des opportunités. Un KYC bien fait représente un avantage commercial évident. Palana offre non seulement des formations, une AML/CTF hotline pour soigner la réactivité de ses clients mais aussi met à disposition des experts pour les assister. Et avec nos managed services, nous leur permettons de se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée et sur les contrôles opérationnels, comme le régulateur l’exige.  

 

NCFR4472.jpeg
NCFR4425.jpeg
NCFR4535.jpeg

Découvrez toutes les photos ici : 

NCFR4414.jpeg
bottom of page