Le goût de la comparaison

Les comparaisons sont souvent présentées comme quelque chose d’odieux. Cependant, sans elles, les concurrents n'ont pas de point de référence pour se situer. C'est pourquoi même les deux guides de restaurants, The World's 50 Best Restaurants et le Guide Michelin, qui comparent et opposent l'aristocratie gastronomique mondiale, doivent eux aussi faire l'objet de critiques.

 

Fatigué de refaire le parcours ?
 

L'objectif initial du Guide Michelin, lancé en 1900, n'était pas de lancer les restaurants dans un conflit culinaire, mais de vendre des pneus de voiture en incitant les conducteurs à se rendre dans les établissements de restauration recommandés. Il appartient toujours à l'entreprise qui, ironiquement, s'appuie sur les pneus de rechange "Bibendum" pour promouvoir l'indulgence des épicuriens. Elle reste cependant la "bible gastronomique" pour beaucoup. Les étoiles auxquelles les chefs aspirent sont décernées par des inspecteurs qualifiés qui notent les restaurants incognito. L'influence du guide s'est affaiblie avec l'apparition de The World’s 50 Best Restaurants et la montée des médias sociaux. Mais en se relançant, Michelin a choisi d'accepter des paiements de pays cherchant à promouvoir leurs restaurants, compromettant ainsi l'indépendance pour laquelle il était respecté.

« Je pense qu'il est temps que d'autres fassent partie des 50 meilleurs, surtout la jeune génération. »

La démocratie en cuisine
 

Contrairement à l'apparente franc-maçonnerie anonyme de l'inspection du Michelin, le classement de The World’s 50 Best Restaurants semble être une institution presque démocratique. Comme un procès devant un jury, les restaurants sont jugés par leurs pairs : les classements sont établis sur la base des avis de plus d'un millier de chefs, de critiques et de gourmands connus. Le 50 Best a également cherché à élargir le bassin d'établissements qu'il évalue en excluant les anciens lauréats afin de permettre à de nouveaux et divers entrants d'être pris en compte. Le chef Massimo Bottura, dont le restaurant Osteria Francescana de Modène a remporté deux fois la première place, est d'accord avec cette décision il a déclaré "Je pense qu'il est temps que d'autres soient là, surtout la jeune génération". Mais certains critiquent le 50 Best pour avoir exclu les anciens lauréats et faussé les résultats en faveur des "nouveaux" et des candidats "in".

 

Coût de la compétition
 

Le Guide Michelin et le World’s 50 Best Restaurants s'appuient sur la concurrence, en dressant les restaurateurs les uns contre les autres mais ironiquement, les deux guides deviennent eux-mêmes sujets à un examen. Alors que le Guide Michelin était considéré comme trop français et que Le 50 Best a été critiqué pour son manque de diversité régionale et de genre. L'anonymat des inspecteurs de Michelin a l'avantage qu'ils ne peuvent pas être intimidés, soudoyés ou faire l'objet de pressions. Toutefois, Michelin a été critiqué par l'un de ses propres inspecteurs affirmant que son travail solitaire et mal rémunéré entraînait une baisse des normes. Entre-temps, Le 50 Best a été assailli de questions sur l'assujettissement de leurs verdicts au lobbying et à la subvention de ceux émettant les jugements.

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png