Vertical Farming photo.jpg

Révolution verticale

La culture en serre high-tech, automatisée et à faible consommation attire des investissements de plusieurs millions de dollars. Cependant, dans un environnement très compétitif les entreprises s'efforcent d'être rentables.

 

Crop top
 

Cultiver dans de grands immeubles éclairés artificiellement, voire dans des sous-sols, est attrayant. Les exploitations verticales utilisent moins de terres que l'agriculture traditionnelle. Par ailleurs les propriétés vacantes, les usines désaffectées et autres recoins peuvent être utilisés. Vous pouvez même le faire à la maison. Les cultures en serre nécessitent jusqu'à 95% moins d'eau que la culture traditionnelle et moins de pesticides et d'herbicides chimiques. Le respect de l'environnement s'étend à la réduction des distances entre ferme et assiette ; il existe même des restaurants urbains avec leurs propres fermes verticales et de multiples cultures annuelles et hors saison s’ajoutent à l'attrait de cette nouvelle façon de cultiver. Mais tout n'est pas rose dans les fermes verticales. La lumière artificielle requise soulève des questions environnementales, tandis que les coûts technologique ne sont pas encore aussi compétitif que l’énergie solaire.
 

« Les cultures nécessitent jusqu'à 95% d'eau en moins que les cultures conventionnelles et moins d'intrants de pesticides et d'herbicides chimiques. »

Nourrir le monde

 

Les 12 000 ans de labeur des agriculteurs classiques ne seront pas rapidement remplacés par une agriculture verticale. Aux États-Unis, l'agriculture, l'alimentation et les industries associées ont contribué à hauteur de 1 053 000 milliards de dollars au produit intérieur brut (PIB) américain en 2017. En comparaison, la contribution du marché vertical, qui devrait atteindre 3 milliards de dollars par an d'ici 2024, est dérisoire. L'agriculture verticale se trouve à un stade de démarrage passionnant et novateur. Seul l'avenir nous dira si elle contribuera à nourrir la personne sur neuf qui souffre quotidiennement de la faim dans le monde. Des entreprises comme AeroFarms sont très appréciées pour leur utilisation de la technologie "aéroponique" qui permet de cultiver des plantes "géoponiquement" - sans sol - dans l'air et le brouillard, avec un impact environnemental minimal et en attaignant une productivité élevée.

 

Faisons la course

 

"On ne peut pas nourrir la planète uniquement avec de la laitue", affirme le Docteur Paul Gauthier, de la Delaware Valley University, mais selon la firme japonaise Spread, le prix de la laitue est passé de 258 yens (2,34 dollars) en 2008 à 158 yens aujourd'hui et illustre les progrès de l'agriculture verticale, même si les prix restent élevés. Les investisseurs espèrent que l'attrait pour l'environnement, les produits plus propres et plus frais justifieront ce surcoût. Les grands investisseurs sont convaincus : Softbank a investi 200 millions de dollars dans Plenty ; IKEA et le Sheikh de Dubaï ont investi 40 millions de dollars dans AeroFarms - et Google Ventures a investi 90 millions de dollars dans Bowery Farming. Cependant, Toshiba, a abandonné la production de laitue malgré les avantages de son expertise électronique et la reconversion de salles situées dans leurs anciennes usines d'électronique.

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png