Philippe Barthélémy (We Invest Capital Partners): faire rayonner l’investissement immobilier

Les investissement alternatifs immobiliers connaissent une croissance importante. Philippe Barthélémy et ses associés Pierre Thomas et Jean-François Quevrain (We Invest Capital Partners) valorisent les compétences de la place pour mener leurs projets

Pouvez-vous présenter votre projet en quelques mots ?

Nous venons de mettre en place la structure « We Invest Capital Partners », initiateur d’un fonds immobilier qui se nommera Premium Real Estate Fund SICAV-RAIF S.C.A., ayant pour mission de réaliser des investissements premium dans l’immobilier. Le premier pilier réside dans la sélection d’emplacements sur base de leur forte visibilité et d’une fréquentation importante. Nous avons ainsi identifié des opportunités sur Miami, dans les grandes stations des Alpes françaises, dans la région monégasque et en Île-de-France. Ensuite, nous choisissons des partenaires locaux afin de déployer des projets de promotion, de rénovation ou d’acquisition et de vente. Nous sommes opportunistes sur la sélection des projets (résidentiel, commercial…), pourvu que la zone retenue bénéficie d’une bonne visibilité et que le projet véhicule une image forte.

« Nous privilégions des affaires pouvant générer du rendement sur des durées d’investissement courtes – de 24 à 42 mois. »

Quels avantages offrent de ce type d’investissement ?

Les investissements alternatifs présentent généralement des profils de rentabilité supérieurs par rapport aux produits classiques (bourse, comptes épargne…). Ils attirent de plus en plus d’investisseurs avertis, mais aussi des clients institutionnels. Nous visons de la performance sur  des projets que nous sélectionnons pour leur capacité à générer du rendement sur des durées courtes – de 24 à 42 mois. Par ailleurs, adosser une stratégie de performance supérieure à une contrepartie immobilière permet de limiter les risques sur son capital.

 

Quel rôle joue le Luxembourg dans votre stratégie ?

Nous lançons une opération spécialisée en intégrant toutes les bonnes pratiques et le savoir-faire de la place. Nous nous appuyons également sur des acteurs majeurs à Luxembourg : banques dépositaires, gestionnaires de fonds, prestataires de services etc. La mutualisation de nos expertises respectives permet d’assurer l’excellence du service et la transparence aux investisseurs. Le Luxembourg sert de base au déploiement de notre stratégie et contribue au rayonnement de la place sur des métiers qui y sont moins représentés. Par ailleurs, en plus des grandes enseignes, le Grand-Duché a tout intérêt à soutenir des équipes de taille plus modeste susceptibles de tirer parti du savoir-faire luxembourgeois, tout en assurant sa promotion. Historiquement le pays s’est développé sur les métiers du back et du middle office. La présence d’acteurs de front office y élaborant des stratégies d’investissement reste encore trop confidentielle. La prochaine étape pour la place financière consistera à accueillir et à structurer ces métiers. De surcroît, le monde de l’alternatif s’ouvre de plus en plus aux Family Offices et aux investisseurs qualifiés. Il faudra donc assurer un discours plus direct avec eux et mieux encadrer les relations, en développant de manière proactive un avantage compétitif dans l’application des nombreuses réglementations régissant notre secteur d’activité. Et nous nous destinons à relever ces défis.

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png