Yuriko Backes_illustration.jpeg

Yuriko Backes : finance et diplomatie

En janvier 2022, Yuriko Backes devient la première femme de l’histoire du Luxembourg à occuper le poste de ministre des Finances. Elle prend la suite de Pierre Gramegna qui lui aussi apportait une forte dimension diplomatique à un poste clé pour un centre financier international. A bientôt 51 ans, elle se dit prête à relever le défi. Portrait.

Des liens très forts avec le Japon

Le parcours de Yuriko Backes peut sembler atypique : née au Japon, la ministre des Finances garde des liens très étroits avec son pays d’enfance. Amoureuse de la culture et de la beauté de ces terres, elle y retourne fréquemment et a donné à son second fils, né à Tokyo, un prénom japonais, comme sa mère l’avait fait avant elle. Après des études en Allemagne et en Angleterre, la première femme à être nommée maréchal de la cour grand-ducale a ensuite effectué plusieurs missions à l’étranger. Passionnée des langues étrangères et de multiculturalisme, diplômée de la London School of Economics et du Collège d’Europe à Bruges, Yuriko Backes a décidé de s’engager politiquement pour représenter les intérêts de son pays. En 2010, elle intègre le cabinet du ministère des Affaires étrangères et européennes, marquant ainsi le début d’une longue aventure politique.

‘’ L’ancienne conseillère diplomatique devient ministre des Finances sans jamais avoir disposé de carte de parti au DP.  ‘’

Une femme à la table des décisions

Progressivement, Yuriko Backes fait ses classes dans la sphère politique. En 2010, Jean-Claude Juncker, alors Premier ministre, l’engage en tant que conseillère diplomatique. Trois ans plus tard, lorsque Xavier Bettel succède à Jean-Claude Juncker, elle reste à ses côtés et se lance ensuite dans un nouveau défi en devenant représentante de la Commission européenne au Luxembourg. Cette aventure européenne lui permet d’acquérir de l’expérience et de consolider son réseau, au contact de commissaires européens ou de directeurs généraux. Dans un monde politique où les hommes occupent davantage de postes stratégiques, elle souhaite casser les codes et donner confiance aux femmes qui hésitent encore à se lancer en politique.

Climat et soutien aux entreprises : des challenges de taille

A bientôt 51 ans, l’ancienne conseillère diplomatique devient donc ministre des Finances sans jamais avoir disposé de carte de parti au DP. Une décision qu’elle dit mûrement réfléchie et prise en concertation avec ses proches. Elle partage les valeurs du parti démocratique et s’apprête à relever plusieurs défis de taille : les enjeux climatiques, la neutralité carbone, la biodiversité, l’économie, le soutien aux entreprises, l’égalité des genres pour ne citer que quelques exemples ! Yuriko Bakes se dit prête à relever le défi. Une fois encore, les dirigeants au pouvoir ont opté pour une personne diplomate plutôt que pour un ou une technicienne. Une validation sans doute du parcours réussi de Pierre Gramegna.