NCFR5483_edited.jpg

Charles-Alexandre Houillon (ZEDRA): DO MORE. ACHIEVE MORE.

Le directeur de la gestion de fonds alternatifs chez ZEDRA, Luxembourg, répertorie les tendances et les défis actuels du secteur, et explique pourquoi des solutions en amont et  rapides ainsi que la proximité avec le client sont plus que jamais essentielles.


Quelles sont les tendances actuelles dans le secteur de la gestion de fonds alternatifs?

Les taux d'intérêt sont extrêmement bas. Les marchés traditionnels de l'épargne, des dépôts, des marchés monétaires et obligataires ne rapportent plus. Cet environnement actuel de faible rendement/taux d'intérêt favorise des stratégies d'investissement moins liquides, principalement  menées par les Private Equity, les fonds immobiliers et le capital-risque.

Nous constatons également un appétit croissant des investisseurs traditionnels et nouveaux pour les gestionnaires d'actifs dotés de stratégies ESG.

Dans d'autres pays, on note des demandes régulières de stratégies autour des crypto-monnaies, répondant à un besoin de nouveauté de la part des investisseurs.

Au Luxembourg, on observe parallèlement une véritable explosion en termes de fonds alternatifs, tant en nombre qu'en valeur.

Par ailleurs, les gestionnaires d'actifs de structures non réglementées s'efforcent également de mettre en place des structures stables et avec plus de substance au Grand-Duché.

En termes de services, les tendances actuelles sont le reporting des données ESG, AML/KYC sur les investissements et la digitalisation de la relation client. Cela facilite et rationalise le travail et les échanges entre tous les acteurs, au bénéfice de notre client.

« Innover, c'est aussi avoir un discours sincère avec les clients: «Faites ce que vous dites et dites ce que vous faites»; c'est ce que nos clients attendent»

Comment ZEDRA s'adapte-t-elle dans ce contexte?

ZEDRA est ouverte à toute nouvelle acquisition stratégique, qui renforcerait l’équipe existante  et notre capacité à répondre aux nouveaux besoins de nos clients.

Nous avons récemment acquis BIL Fund & Corporate Services*, afin d'accroître notre capacité d’action dans le secteur. Cela va  nous permettre de traiter à la fois des fonds liquides et alternatifs tout en nous donnant plus d'agilité grâce à des équipes dédiées aux besoins ciblés de nos clients. Ceux-ci attendent de nous que nous leur simplifions la vie et la gestion administrative de leurs fonds. Cette acquisition élargit notre expertise et notre capacité à faire face à des demandes complexes, en nous permettant de collaborer avec nos clients au fur et à mesure de leur croissance.

Pour accompagner la tendance croissante des FIA gérés par des AIFM, nous avons également créé s notre propre AIFM , ZEDRA ManCo. Cela nous permet  de répondre aux plus « petits » promoteurs qui pourraient souffrir de l'appétit des plus gros acteurs sur le marché.​


License en cours d’approbation

Chez ZEDRA, nous pensons en effet qu’il y a une limite à la course à la taille dans le milieu des fonds alternatifs. Chaque client a besoin d'une solution spécifique pour sa stratégie d'investissement.

Quels défis et opportunités identifiez-vous?

En termes de défis, la tendance incessante à réguler  tous types d’investissements – AML-KYC et autres exigences– ​​conduit à une plus grande complexité au niveau de la gouvernance.

Une des principales opportunité réside dans l'innovation: notre taille nous permet d'identifier les bonnes solutions et de les mettre en œuvre rapidement.

Pour cela, les nouvelles technologies nous aident à gagner en efficacité et à rester compétitifs. Innover, c'est aussi avoir un discours sincère avec les clients: «Faites ce que vous dites et dites ce que vous faites»; c'est ce que nos clients attendent.

Par ailleurs, la finance durable devient une réelle opportunité pour le Luxembourg, car le secteur des fonds fait face à une demande croissante de produits d'investissement ESG et durables. Par conséquent, du point de vue d’un AIFM, de nombreux acteurs ont encore beaucoup de travail à faire pour s'adapter et se conformer aux nouvelles réglementations en matière de divulgation et pour mettre en place des processus.