Alain Bastin (BIL Manage Invest SA) : au service d’une croissance soutenue

Alain Bastin, CEO de BIL Manage Invest SA, revient sur la croissance solide de cette super manco, notamment dans les secteurs de PE/RE et dette. Interview.

Pouvez-vous présenter votre société en quelques mots ?

BIL Manage Invest SA (BMI) est une super ManCo, détenue à 100 % par le groupe BIL. Elle dispose des licences règlementaires UCITS et AIFM. Créée il y a 4 ans, BMI couvre une large palette d’actifs comme le Private Equity, le Real Estate, la dette, et bien sur la plupart des actifs financier. Nous servons d’une part les clients institutionnels et privés de la BIL dans une optique d’élargissement de l’offre de service, et d’autre part des tiers dans une optique de renforcement des synergies avec le Groupe. Cette stratégie permet de proposer l’ensemble de l’offre de la BIL en cross selling, comme par exemple, des lignes de crédit dédiées. Notre équipe, composée de 16 experts, offre des services variés allant du portfolio management, au risk management le tout coordonné par une équipe de client relationship management assistée par notre fonction juridique. Notre Gouvernance globale est étroitement supervisée par notre Chief Compliance Officer. BMI a passé le cap des trois milliards d’actifs en 2017 avec une croissance brute de plus de 45%. En termes de clients, nous enregistrons une croissance de 60 % pour les fonds sous gestion et de 75% en matière d’actifs alternatifs (PE/RE/ Debt). La toute récente survey d’Edouard Franklin, réalisée auprès de 1500 professionnels de la place, nous positionne dans le top 5 des ManCo les mieux réputées de Luxembourg..​

"BMI a passé le cap des trois milliards d'actifs sous gestion avec une croissance brute de plus de 45% "

Comment une firme comme la vôtre parvient-elle à se développer ?

Nous nous concentrons sur deux axes. Premièrement, le fait d’appartenir à un groupe comme BIL, supervisé par les régulateurs européen et luxembourgeois, rassure les intermédiaires avec lesquels nous travaillons. Deuxièmement, nous bénéficions d’une très bonne réputation et d’une grande visibilité à l’étranger grâce aux efforts conjoints du groupe, de l’Alfi et d’autres associations luxembourgeoises. Notre implication au sein du Comité des Gestionnaires de Fonds d'Investissement (GFI) de la CSSF permet également une discussion constructive avec les acteurs responsables de la mise en œuvre de la régulation de nos activités. Notre réseau facilite également des développements intéressants dans les régions Nordiques ainsi qu’en Allemagne, marchés très demandeurs dans les classes d’actifs PE/RE/ Debt.

Comment voyez vous évoluer le Luxembourg en général et BIL Manage Invest SA en particulier dans les prochaines années ?

Nous visons une croissance très soutenue et travaillons à l’élargissement de notre gamme de services. Aujourd’hui, nous servons également des AIFM tiers et proposons l’in-sourcing de leur risk management. Ce nouveau service dépasse déjà la barre des 600 millions d’euros d’actifs. Le renforcement de la surveillance des prestataires et de nos réseaux de distribution constitue nos principaux focus en ce début 2018. Il faut toutefois rester vigilant face aux nouvelles contraintes réglementaires de l’ESMA ou à une redistribution totale des cartes dans l’industrie au niveau européen. Le Luxembourg reste cependant un pôle de compétence à reconnaissance globale. Le développement de la formation et l’omniprésence des associations renforceront notre image de centre d’expertise. Nous disposons aujourd’hui d’une grande force de frappe, mais nous devons garder notre longueur d’avance !