Sandra Legrand (Alter Domus) : Une industrie basée sur l’humain

Selon Sandra Legrand, Country Executive Luxembourg, le développement technologique demeure un facteur important pour rester compétitif, même si l’expertise de nos talents, ainsi que les relations humaines constituent une valeur clé au sein du groupe Alter Domus.

 

Comment a évolué Alter Domus au fil des ans ?

L’expansion de nos services tout comme celle de nos bureaux a toujours été guidée par notre souhait de répondre au mieux aux besoins de nos clients. Ces derniers attendent, de la part d’une société comme Alter Domus, un service de qualité couplé à une expertise locale. Fondée en 2003, Alter Domus employait alors 80 personnes et assurait principalement des prestations de comptabilité aux entreprises. Aujourd’hui, nous comptons plus de 2,000 collaborateurs répartis dans 19 pays et 40 desks et bureaux et nous offrons une gamme de services variés, principalement dédiée aux fonds d’investissement alternatifs. L’ouverture de notre bureau australien constitue un parfait exemple de notre stratégie d’expansion. Il a été initié pour répondre aux besoins d'un de nos plus gros clients, satisfait de nos services au Luxembourg et à Jersey, nous incitant à nous implanter sur son marché domestique. Plus récemment, nos acquisitions aux États-Unis - Carta Fund Services et Cortland Capital Market Services - nous ont aidés à accroître notre exposition sur le marché leader du monde alternatif. Alter Domus, dont le siège social au Luxembourg emploie environ 800 personnes, compte aujourd'hui plus de 500 collaborateurs aux États-Unis et plus de 250 en Asie.

 

« Nous sommes là où nos clients ont besoin de nous »

Comment votre stratégie d'intégration verticale fonctionne-t-elle en pratique ?

 

Notre modèle d’intégration verticale est assez unique dans notre secteur et permet de fournir à nos clients des services juridiques, fiscaux et comptables tout au long de la chaîne de valeur d’un fonds. De la création d’un fonds, à sa domiciliation, aux services dépositaires et de société de gestion, au calcul de la valeur liquidative, au reporting réglementaire ou à la comptabilité des entités ad hoc (SPV), nous délivrons un service de haute qualité, intégré par-delà les frontières afin de permettre aux gestionnaires de fonds (PE, RE, DEBT) de se concentrer sur leur cœur de métier. Il s’agit évidemment d’un facteur très différenciant rendu uniquement possible grâce à une communication quotidienne avec nos clients, à l’anticipation de leurs besoins, ceci bien sûr dans un contexte réglementaire en perpétuelle évolution et grâce à l’expertise et l’engagement de nos collaborateurs.

 

Quelles tendances voyez-vous émerger à l'avenir ?

 

Au Luxembourg, le secteur des fonds alternatifs voit une forte demande pour de nouvelles structures dans les classes d'actifs comme l'immobilier, la dette, le capital-investissement et les infrastructures. Avec la perspective du Brexit, nous croyons à l'attractivité toujours grandissante de juridiction comme le Luxembourg, l'Irlande mais aussi la France et les Pays-Bas, pays où Alter Domus a déjà une forte présence et expertise. Aux États-Unis, les gestionnaires d'actifs commencent lentement à sous-traiter l'administration de leurs fonds, activité historiquement traitée en interne.
Nous comptons sur notre présence accrue aux États-Unis, sur notre connaissance de l’industrie des fonds alternatifs, mais aussi sur notre forte connaissance du marché nord–américain pour capitaliser sur cette tendance. Avec plus de 60% de nos clients basés aux États-Unis, nous nous considérons comme idéalement positionnés. 
Enfin, parce que l’humain restera toujours au cœur des décisions dans notre industrie et l’élément différenciant majeur pour Alter Domus, nous poursuivons nos investissements technologiques afin de permettre à nos employés de concentrer leurs talents dans des fonctions à plus haute valeur ajoutée pour nos clients. 

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png