Solar Impulse

 

Envergure : 63,40 m

Longueur : 21,85 m

Hauteur : 6,40 m

Motorisation : 4 moteurs électriques

de 10 CV chacun

Cellules solaires : 11 628

Vitesse moyenne : 70 km/h

Altitude maximale : 8 500 m (27 900 ft)

Poids : 1 600 kg

Vitesse de décollage : 35 km/h

Solar Impulse :

Flying clean

Pour boucler son tour du monde en ballon, Bertrand Piccard avait failli manquer de carburant. Avec son nouveau projet, cela ne risque pas d’arriver.

 

Bertrand Piccard : le digne héritier

« La question n’est pas tant de savoir si l’homme pourra peupler d’autres planètes, la question est de savoir comment rendre la vie sur Terre de plus en plus digne d’être vécue » déclarait Auguste Piccard en 1931 à la suite de sa première ascension stratosphérique. Son fils, Jacques, visitera les fonds sous-marins et son petit-fils commencera par explorer… l’être humain. Psychiatre, il devient toutefois champion d’Europe de voltige en deltaplane, puis le premier à effectuer un tour du monde en ballon, avec son ami Brian Jones, en 1999. Ils fondent la même année l’association

“Winds of Hope” dont l’action se concentre sur une terrible maladie : le noma.

 

La vision et l’avion

Le constat de Bertrand Piccard est imparable « On ne peut pas continuer à vivre en consommant un million de tonnes de pétrole par heure » sans compter le charbon et le gaz. Dès lors, le projet “Solar Impulse” démontre que le développement durable peut être sexy, qu’il crée de nouveaux produits, des emplois et ouvre de nouveaux marchés. Si le tour du monde est prévu pour 2012, Bertrand Piccard et son associé André Borschberg voient beaucoup plus loin : « Qui aurait pensé en 1903, en voyant le vol des frères Wright, que l’homme poserait le pied sur la lune 66 ans plus tard ? ». Cette aventure humaine pourrait devenir industrielle.

 

Les vols solaires

L’aviation solaire a commencé dans les années soixante-dix, lorsque le prix des capteurs est devenu abordable. En 1981, le “Solar Challenger” traversa la Manche. Neuf ans plus tard, le Sunseeker d’Eric Raymond survola les Etats-Unis en plusieurs étapes. La ressemblance avec le Solar Impulse est frappante mais l’échelle est différente. Entre les deux projets, l’envergure passe de 17 mètres à 63. Le poids grimpe de 120 kg à 1 600 kg. Ce gigantisme est la seule solution trouvée à ce jour pour pouvoir voler jour et nuit avec un homme à bord. Le “Solong” vole déjà 24h sur 24h… sans pilote. La Nasa est partenaire de l’“Hélios” et du “Centurion”, capables de voler à 24 kms d’altitude. Un avion qui n’atterrit jamais fait aussi rêver l’armée. Pour l’anecdote, Eric Raymond rend hommage à un designer de talent : Günter Rochelt a inventé en 1985 le “Musculair”, un avion qui vole à l’énergie… humaine !

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png