Clearstream photo.jpg

Philippe Seyll (Clearstream) : 50 ans et prêt pour l'avenir

Fondée au Luxembourg en 1970 par un consortium de 66 banques, Clearstream fête son 50e anniversaire. Selon Philippe Seyll, CEO de Clearstream Banking S.A, la société a constamment étendu ses capacités, de la compensation et du règlement d'obligations au financement de titres et aux services de fonds, tout en embrassant la blockchain et d'autres innovations technologiques financières.

 

Que fait exactement Clearstream ?

 

L'ensemble du système financier mondial est fondé sur la confiance. Il y a cinquante ans, l'entreprise alors connue sous le nom de Cedel a été créée au Luxembourg pour faciliter l'émission d'euro-obligations et pour donner confiance au secteur en s'assurant que toutes les parties reçoivent ce qui leur est dû dans le cadre d'une transaction. Aujourd'hui, Clearstream est devenue un fournisseur européen de premier plan de services post-trade. En tant que fournisseur d'infrastructures de marché, nous avons contribué à façonner les marchés qui sont devenus plus interconnectés, plus complexes et plus numérisés au cours des cinq dernières décennies. Nous avons développé notre expertise de base à partir du Luxembourg pendant des années jusqu'à ce que nous nous sentions à l'aise pour étendre notre gamme de services, d'abord dans le domaine du financement des titres et ensuite dans celui des services aux fonds d'investissement. Aujourd'hui, nous sommes au service de 47 banques centrales dans le monde entier ainsi que d'institutions financières allant des dépositaires, des banques universelles et des courtiers-négociants aux banques d'investissement.

"L'ensemble du système financier mondial est fondé sur la confiance."

"Notre tâche principale reste la même : favoriser l'efficacité, la stabilité et l'intégrité des marchés financiers".

Quels ont été les principaux développements de l'évolution de Clearstream au cours des décennies ?

 

Cedel a été créée en 1970 par un consortium de 66 banques de 11 pays. En 2000, Cedel a fusionné avec Deutsche Börse Clearing - précédemment connue sous le nom de Deutscher Kassenverein - pour devenir Clearstream. Les actionnaires fondateurs ont vendu leurs parts dans la société en 2002 à  Deutsche Börse, qui reste aujourd'hui propriétaire de Clearstream. Et en 2005, nous avons étendu nos activités aux fonds avec le lancement de Vestima+. Quinze ans plus tard, ce segment s'est développé progressivement et constitue aujourd'hui l'activité de Clearstream qui connaît la plus forte croissance. Au fil des ans, notre tâche principale est restée la même : favoriser l'efficacité, la stabilité et l'intégrité des marchés financiers.

 

Quelles évolutions voyez-vous pour la société à l'avenir ?

 

En tant que société commerciale, nous devons rester pertinents afin de conserver nos clients, même en période de décentralisation croissante dans le secteur des services financiers. Ils votent avec leurs pieds ! Notre activité principale de dépositaire, qui est mondiale par sa nature, reste une activité très mature avec des marges décroissantes, donc le jeu consiste à devenir plus efficace, plus grand ou à trouver des poches où vous pouvez ajouter de la valeur. Bien sûr, l'Europe demeure un point de mire important dans ce domaine, mais le jeu est une question d'échelle.

Dans le cadre de nos services global funding et financing, nous encourageons activement l'émergence d'entreprises fintech. Dans le monde d'aujourd'hui, nous déplaçons des actifs d'un compte à l'autre. Mais plus l'actif est important, plus il est complexe à déplacer. Une idée consiste à créer un avatar plus léger au moyen d'une nouvelle technologie telle que la blockchain. Grâce à la technologie des registres distribués, les actifs peuvent être dématérialisés, tandis que les node décentralisés gardent une trace de l'identité des personnes à qui appartiennent les actifs. Pour exploiter ce potentiel, Deutsche Börse a investi dans la start-up luxembourgeoise HQLAᵡ qui propose un registre numérique de garanties au marché des financements garantis et de titres.

 

En outre, en tant que principal dépositaire et exécutant de transactions de fonds, nous avons l'intention d'être à la pointe de l'innovation fintech dans ces segments également. Nous avons étendu notre position tout au long de la chaîne de valeur, du traitement des fonds à la distribution mondiale de fonds, grâce à l'acquisition de Swisscanto Fund Centre auprès de la Banque cantonale de Zurich et d'une participation majoritaire dans Fondcenter, une société de distribution de fonds développée par UBS. Cela fait de nous l'un des plus grands acteurs du secteur de la distribution de fonds. Nous investissons également dans FundsDLT, une plate-forme blockchain de fonds, car nous pensons que le processus d'émission de fonds sera transformé par la fintech et surtout par la blockchain. Depuis notre base au Luxembourg, nous préparons activement l'avenir par le biais d'investissements et de partenariats.

Chiffres clés

 

  • Nous détenons 15 000 milliards d'euros d'actifs en dépôt.

  • Nous traitons 170 millions de règlements de transactions par an.

  • Nous avons une notation de crédit AA.

  • Notre chiffre d'affaires hebdomadaire est à peu près égal au PIB du Royaume-Uni.

  • Nous gérons 600 milliards d'euros de garanties au jour le jour.

  • Nous gérons 2 500 milliards d'euros d'actifs de fonds sur le système de routage des ordres Vestima+ (contre un total de 4 800 milliards d'euros d'actifs de fonds domiciliés au Luxembourg).

© 360Crossmedia

Screen Shot 2020-01-06 at 10.16.09.png