Fabio Secci (CMCM) : une main guérisseuse au Luxembourg

Fabio Secci, General Manager, présente CMCM, un fonds mutuel de santé complémentaire couvrant près de la moitié de la population luxembourgeoise. Interview.

 

Pouvez-vous décrire la CMCM en quelques mots ?

Créée en 1956 sous la forme d'une mutuelle, la CMCM reste aujourd'hui la plus grande mutuelle de santé du Luxembourg employant 50 personnes pour 270.000 souscrits. Les cotisations annuelles couvrent les frais de santé de nos membres et de leur famille et ne requière pas la soumission d’un dossier médical. Nous complétons la couverture de la Caisse Nationale de Santé (CNS) et offrons une gamme diversifiée de services. Nous mettons l'accent sur les besoins médicaux et non sur les éléments de luxe, comme les lunettes de marque ou la chirurgie esthétique. Une mutuelle n'est pas considérée comme une compagnie d'assurance car non soumise à une obligation de solvabilité. La CMCM demeure également sujette à une législation différente. En outre, une mutuelle reste une organisation à but non lucratif et responsable devant ses membres par le biais d'un système de décisions avec délégués.

 

"La CMCM reste aujourd'hui la plus grande mutuelle de santé du Luxembourg, couvrant 270.000 personnes et employant 50 personnes."

Fabio Secci, General Manager, CMCM

Comment vous adaptez-vous aux besoins de vos membres ?

Nous enregistrons depuis 2011 des bilans de fin d’année positifs et utilisons l'argent excédentaire pour développer de nouveaux services pour les années à venir. Nous suggérons de nouvelles options ou offrons à nos membres une couverture accrue. Récemment, la CMCM a commencé à soutenir un nouveau programme de prévention du burnout appelé PROTEA. Cette initiative fournit des tests scientifiques pour déterminer si une personne entre dans une phase d'épuisement professionnel. Nous contribuons à hauteur de 2 000 € sur un coût total de 7 000 €. Les employeurs tendent également à cotiser et la personne concernée paie un tiers du coût total. Avec PROTEA, un programme développé et soutenu par Zitha Gesondheetszentrum (Groupe HRS, ndlr), la personne continue à travailler à temps partiel et passe des examens médicaux. Cela neutralise la stigmatisation liée au burnout. Autre exemple, même si la CNS rembourse uniquement les implants de base lorsqu'il s'agit de soins dentaires, nos membres peuvent bénéficier d'un remboursement accru et d'implants de haute qualité.

 

Quelles évolutions prévoyez-vous dans votre secteur et au Luxembourg au cours des 5 prochaines années ?

Nous aimerions convaincre les assureurs commerciaux privés de céder à notre mutuelle l'offre basique des services de santé additionnels. Nous pensons qu'ils devraient plutôt se concentrer sur le marché haut de gamme. Les assureurs privés se positionnent avec succès pour attirer les jeunes car ils savent qu'ils sont en bonne santé et ne présentent pas de risques élevés. Nous nous concentrons également sur la jeune génération : lorsqu'ils nous contactent après avoir été couverts par le contrat de leurs parents, nous leur offrons une couverture de deux ans pour un montant équivalent à un an de cotisation. Les nouveaux inscrits à la CMCM bénéficient d'une réduction de 10%. Notre offre d'assistance médicale pour les voyages internationaux et les frais de rapatriement s'est avérée très attractive. Nous avons constaté une augmentation du nombre de nos membres avec 1 700 nouveaux adhérents en mars dernier, une augmentation impressionnante par rapport à 2018 avec un total de 4 600 nouveaux contrats. Dans les années à venir, nous souhaitons voir la CNS fournir une couverture obligatoire, la CMCM prendre en charge la couverture mutuelle complémentaire optionnelle et l'assurance privée mettre l'accent sur un service plus haut de gamme. Pour ce faire, nous avons développé un partenariat avec Bâloise Assurances.

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png