Thomas Nielsen (Content Leader, 360Crossmedia) : Sport au travail, le bon cocktail

Favoriser la pratique sportive au sein des entreprises permet de lutter contre l'absentéisme et concourt à une meilleure cohésion des équipes. Un management gagnant en terme de productivité, explique Thomas Nielsen, directeur de Coach at Home.


Santé et travail font-ils toujours bon ménage ?

L’état de santé des salariés dans une entreprise impacte directement l’absentéisme. Deux familles de facteurs y contribuent. Les facteurs externes, d'une part, propres au salarié, et les facteurs internes, d'autre part, qui relèvent directement de la responsabilité de l’entreprise.  Les maladies professionnelles apparaissent ainsi en constante augmentation, comme les troubles musculo-squelettiques. Les salariés sous pression, souffrant de maux de tête, dos et nuque se révèlent naturellement moins performants, souvent absents, sujets au burn-out, ce qui impacte négativement la productivité de l’entreprise. En 2017 au Luxembourg, un travailleur sur quatre présente des signes de burn-out, un chiffre hélas en progression par rapport à 2014 (un sur cinq).

L’employeur se doit donc de proposer des solutions gagnant-gagnant à travers une prévention santé au travail qui motive les salariés, améliore l’environnement général et renforce les performances de l’entreprise. Son coût s'avère à la hauteur des enjeux.

"Le sport au travail profite aux employés comme à l'employeur."


Comment les sociétés luxembourgeoises abordent-elles cette problématique ?

La législation luxembourgeoise donne à l'employeur l'obligation de prendre toutes les mesures nécessaires pour la protection de la sécurité et de la santé de ses salariés. Certaines sociétés intègrent ainsi le fait que la santé et le bien-être des salariés doivent faire partie des objectifs de toute entreprise socialement responsable. Les entreprises qui font appel à Coach at Home proposent à leurs employés différents cours collectifs (course à pieds, cardio-boxe, stretching…) généralement pendant la pause de midi. D'autres possèdent des salles de fitness que les employés peuvent utiliser mais l’intérêt semble mitigé pour cause de manque de temps ou de motivation. Enfin, mentionnons les entreprises nous demandant d’organiser des conférences ou des journées santé qui rencontrent toujours beaucoup de succès.


Que proposez-vous avec vos ateliers « Fit for business » ?

La première règle guidant notre action se veut simple : le sport s'avère toujours accessible à tous. Pas besoin de salle de sport ni de matériel spécifique ! Nous démontrons qu’avec son propre poids et notre savoir-faire,  chacun obtient des résultats rapidement. L’objectif consiste en effet à proposer des exercices simples à reproduire qui aident à améliorer la qualité de vie.

Faut-il dès lors rappeler que le sport au travail se révèle un facteur de bien-être et de santé offrant une approche différente à la fois pour les employés et pour l’employeur. Ce dernier peut en effet s’inspirer des méthodes de l’entraîneur sportif pour établir une cohésion d’équipe et renforcer le « teamwork » en menant son équipe vers un objectif commun, la bonne performance de l’entreprise. Non seulement, ce bien-être aidera à fidéliser les salariés en renforçant leur attachement à l’entreprise mais aidera aussi à lutter contre l’absentéisme.