Denis Harvey (Executive producer ACTV) : nouvelle technologie, nouveau sport

Pour accéder à la "broadcast zone", vous devez passer des contrôles de sécurité très strictes. Une interview de Denis Harvey, exectuvie producer de la retransmission de l'America's Cup.

 

Quel rôle a joué la technologie dans l'émergence de l'America's Cup comme sport "global" ?

Lorsqu’ils ont gagné la coupe, Larry Elisson et Russel Coutts ont décidé de rendre ce sport moins confidentiel. Un des objectifs principaux pour n’importe quel sport

vise à obtenir une forte audience. De longues discussions eurent lieu et aboutirent à différentes innovations : le choix des bateaux, la durée de chaque course et les

aspects télévisuels. Plus personne ne dispose d’une

attention de deux heures ! Le développement du

logiciel “AC liveline” - une innovation qui a remporté

un EMMY award - sous le leadership de Stan Honey en 2011 a permis de franchir un cap. Il avait déjà développé le système “Sportsvision” qui permet de visualiser la ligne des 10 yards au Football Americain ou de connaître la position des bolides au Nascar, mais AC Liveline a

littéralement créé le terrain de jeu dans notre sport. C’est à cause de ce logiciel que les bateaux doivent désormais rester dans des limites définies, et grâce à lui que le public peut les visualiser ! Depuis l’édition de San

Francisco, chacun peut comprendre la course, connaître les écarts et nous pouvons créer un véritable “story

telling” en combinant le dessin des limites du terrains sur l’eau, les caméra embarquées et ales multiples données

collectées en temps réél.

 

« Le show concentre sur les marins,

pas sur les bateaux. »

Comment fonctionne la technologie d'AC

liveline ?

C’est une technologie compliquée. Stan Honey – un excellent marin par ailleurs – avait estimé qu’elle serait trop cher pour un sport comme la voile, mais c’était

mal connaître Larry Ellison ! La complexité provient du fait que nous devons connaître à la fois la position GPS

de l’hélicoptère à tout moment, l’angle des caméras, la lentille et faire converger toutes ces données en temps

réel ici pour permettre au système de dessiner le terrain. Du coup, la course se passe près des côte et devient beaucoup plus spectaculaire. La réalité augmentée a

littéralement changé ce sport. Elle permet à des fans de suivre leur équipe sur un second écran : leur

téléphone portable. 70 personnes travaillent dans mon équipe.

 

Quelques mots sur votre itinéraire ?

J’ai commencé à travailler sur l’America’s Cup en 1992 pour TV New Zealand. Nous disposions d’hélicoptères, mais les courses étaient longues et ennuyeuses. Il s’agit

d’un sport de niche. Nous avons introduit des animations 3D en temps réel pour rendre la retransmission plus

intéressante. Aujourd’hui nous disposons d’une technologie qui rend le sport plus télégénique et peut intégrer des publicités pour attirer les sponsors. Nous

produisons d’ailleurs deux signaux : un avec

publicités et un sans. Je pense qu’à l’avenir, il sera

possible de personnaliser les annonces pour une

vaste série de diffuseurs.

 

Lire l'article principal de l'America's Cup

© 360Crossmedia

Screen Shot 2020-01-06 at 10.16.09.png