Changqing Huang

(Chinese Embassy) :

FORTIFIER LA RELATION AVEC LE LUXEMBOURG

SON EXCELLENCE, MONSIEUR CHANGQING HUANG, L’AMBASSADEUR CHINOIS DU LUXEMBOURG NOUS A REÇUS AU SEIN DE SON AMBASSADE À DOMMELDANGE. RENCONTRE.

DANS QUELS PAYS AVEZ- VOUS VOYAGÉ AVANT DE POSER VOS VALISES AU LUXEMBOURG ?

Je voudrais tout d’abord indiquer une chose : j’ai appris le français à Pékin au cours des années

80 avec un professeur luxembourgeois. J’arrivai au Luxembourg en juin 2015. Par le passé, je travaillai

à Dakar, à Beyrouth et à Yaoundé. Chaque mission dura entre trois et quatre ans. Ces dernières furent entrecoupées de séjours au sein de multiples départements du Ministère des Affaires étrangères.

QUELLES SONT VOS PRIORITÉS EN
TANT QUE NOUVEL AMBASSADEUR CHINOIS DU LUXEMBOURG ?

Je suis très heureux d’avoir été nommé à ce poste. Voici mes trois objectifs :

1. Premièrement, je vais essayer de renforcer les relations politiques. La garantie de relations dans tous les domaines repose sur cette base.

2. Par la suite, j’espère améliorer la coopération économique, financière et commerciale. Le plan Juncker coîncide avec les initiatives chinoises : la construction de la ceinture économique de la « Route de la Soie » et la «Route Maritime de la Soie» du
XXIe siècle. Les entreprises chinoises présentes sur ce territoire ont la possibilité de créer un lien entre ces deux programmes. Je pense aux banques chinoises, mais pas seulement. La ligne de fret développée par Cargolux en partenariat avec HNCA transporte déjà plus de 50000 tonnes de marchandises par an, dont de la bière luxembourgeoise, du vin et du lait ; des produits très appréciés en Chine. Ce succès a également profité financièrement à IEE post-fusion. Mon rôle consiste à fournir des conseils aux entrepreneurs. Toutefois, la loi du marché gagne toujours.

3. Enfin, j’espère élargir notre domaine de coopération pour promouvoir les échanges humains. Comment ? En ouvrant un centre culturel chinois au Luxembourg (une association) et un institut Confucius avec les universités de Fudan à Shanghai et du Luxembourg.

« Nous devons créer un lien entre le plan Juncker et la Route de la Soie. »

Changqing Huang, ambassadeur chinois

QUEL RÔLE LE LUXEMBOURG PEUT-IL JOUER AU
SEIN DU MARCHÉ CHINOIS ? COMMENT LE LUXEMBOURG POURRAIT-IL FACILITER L’ACCÈS
DES ENTREPRISES CHINOISES AU MARCHÉ EUROPÉEN ?

Les firmes luxembourgeoises sont les bienvenues en Chine. Les deux économies se complètent sur de nombreux points. Nous mettons en place des conditions favorables pour attirer les investisseurs étrangers à succès. Ce n’est pas difficile. Les sociétés intéressées peuvent échanger avec les banques chinoises présentes ici, avec Chinalux ou avec moi. Nous recherchons des entreprises de haute technologique, mais aussi des firmes spécialisées dans la protection environnementale, les nouvelles énergies et l’informatique entre autres. De leur côté, les entreprises chinoises recherchent une

coopération bénéfique commune ici, mais aussi dans des pays du tiers-monde. Prenons l’exemple de la finance : nous avons beaucoup à apprendre

du Luxembourg. La Chine subit actuellement une restructuration financière. Nous pouvons nous inspirer de l’expérience locale. Dans le sens inverse, le marché chinois sera toujours prometteur

pour les investisseurs européens.