Carine Feipel (ILA) : vers une gouvernance d’excellence

Carine Feipel, présidente de l'Institut des administrateurs de Luxembourg (ILA) évoque les missions de l’association. Elle insiste sur le challenge relevé en permanence par l’ILA : adapter son mandat à une gouvernance en constante évolution.

Pouvez-vous décrire l’ILA en quelques mots ?

Association à but non lucratif, l’ILA compte plus de 1 800 adhérents. Nous accueillons aussi bien des membres individuels que « corporates », impliqués dans la direction d'entreprise. Notre objectif consiste à promouvoir la bonne gouvernance. Et nous entendons aider nos membres à devenir de meilleurs administrateurs ou promoteurs de la bonne gouvernance. Nous organisons des formations sur des sujets variés, susceptibles d’intéresser les conseils d'administration. Nous abordons des aspects techniques comme la réglementation bancaire, les meilleures pratiques en matière de gouvernance des fonds d'investissement etc.  Mais nous proposons également des sessions plus généralistes : la présidence de conseils, les processus décisionnels, les réseaux sociaux, etc. L'ILA prend également part au débat public en discutant, avec certaines autorités, de questions de gouvernance ou de sujets pertinents pour nos membres.

 

«  La numérisation, l'intelligence artificielle, les critères ESG ne sont pas seulement des expressions à la mode. Ils constituent des changements bien réels pour les entreprises et leurs conseils.  »

Quelles sont les priorités d’ILA pour l'année à venir ?

Les évolutions, technologiques ou réglementaires, influent sur le travail des conseils d'administration et leur fonctionnement. La numérisation, l'intelligence artificielle, les critères ESG ne sont pas seulement des expressions à la mode. Ils constituent des changements bien réels pour les entreprises et leurs administrateurs. Il faut s’adapter à ces nouveautés et se tenir prêts à relever le défi des changements impliqués. Les dirigeants doivent les envisager comme de réelles opportunités pour les sociétés avec lesquelles ils collaborent. En la matière, l'ILA s’efforce donc de s’approcher au plus près des besoins de ses membres : le bouquet de formation diffère, aujourd'hui, de celui offert il y a cinq ans. Il a évolué avec le temps. Prenons comme exemple l'ESG : le thème de la durabilité n’entrait, autrefois, dans aucun de nos programmes. Il constitue, désormais, un élément-pivot dans une grande partie de nos formations.

La situation des administrateurs au Luxembourg demeure également une préoccupation majeure de l'ILA. Il faut veiller à préserver, pour les profils hautement qualifiés, l’attractivité du pays. S’assurer de la présence dans les conseils d'administration de professionnels compétents et diversifiés reste essentiel. Mais nous devons nous astreindre, avec autant d’application, à conserver et développer ces talents. Les CA s’ouvrent de plus en plus aux jeunes car ces derniers apportent de nouveaux niveaux d'expertise. Nous avons développé un programme de formation spécifique pour ces "aspirants directeurs" afin de les aider à se préparer à leur futur poste. Enfin, l'ILA fêtera, en 2020, son quinzième anniversaire et entend célébrer cette date importante en juin avec l’ensemble de ses membres et amis.

Comment imaginez-vous la gouvernance au cours des cinq prochaines années ?

Les fonctions de gouvernance doivent s'adapter aux nouveaux paysages et aux technologies de pointe. Afin que les acteurs du secteur - administrateurs, dirigeants - ne décrochent pas, ils doivent enrichir en permanence leurs connaissances. Il s’agit, certes, d’un défi mais aussi d’une formidable opportunité. Les entreprises gagnent à s’adjoindre les talents de responsables correctement formés et bien préparés. D’où la nécessité pour les administrateurs de se tenir continuellement au fait des évolutions du secteur. Aujourd’hui, l’expertise des membres de conseils d'administration constitue une valeur ajoutée pour les sociétés. C’est pourquoi la demande ne cesse de croître. Ces fonctions ne s’adressent pas seulement aux anciens dirigeants, auditeurs ou avocats à la retraite. L’éventail des expertises recherchées va bien au-delà. Il s’agit d’une véritable opportunité pour de nombreux profils, y compris des jeunes, qui ne s’imaginaient pas directeurs. Ils pourront apprendre le métier d'administrateur et devenir des membres efficaces de CA.

À l’heure où les conseils d'administration se trouvent, dès l’arrivée d’un problème, dans la ligne de mire des organismes de réglementation, des autorités ou d'autres instances de régulation, il est essentiel d’être préparé à ces situations. L’administrateur doit impérativement savoir gérer une crise. L’ILA s'efforce d'aider ses membres en dispensant une formation appropriée qui leur permettra de cerner leurs devoirs et, ainsi, de mener à bien leurs fonctions.