Vincent Bechet et Jean-Nicolas Montrieux (Inowai) : les nouveaux défis du Luxembourg

Fort d’un marché de l’immobilier très compétitif, le Grand Duché doit poursuivre sur sa lancée pour rester au sommet. Rencontre avec Vincent Bechet et Jean-Nicolas Montrieux, respectivement CEO et Chief Operating Officer de la société Inowai.

Quelle est votre analyse de l’évolution du marché luxembourgeois de l’immobilier d’entreprise ?

V.B. : Nous sommes dans une excellente dynamique, principalement depuis les années 90 avec l’ouverture du marché à l’international. Nous observons une accélération depuis les années 2000 et un véritable changement ces derniers temps avec l’arrivée de nouveaux investisseurs. Aujourd’hui, 50% d'entre eux sont basés hors d’Europe. Je pense notamment aux investissements indirects d’Abou Dhabi via KBL mais surtout aux fonds américains. Il s'agit d'une véritable consécration puisque nous avons passé le cap du milliard d’euros investi dans l'immobilier au Grand-Duché. Lors du dernier MIPIM, les contacts ont été renforcés avec les investisseurs internationaux. Même s’il nous reste encore une certaine marge de valorisation par rapport à nos voisins européens, le marché a gagné en maturité et son rayonnement à l’international me semble de bon augure.

Comment une firme comme Inowai s’adapte-t-elle à ce contexte ?

V.B. : Notre ADN  consiste à rester très proche du produit avec des collaborateurs passionnés d’urbanisme. Chaque projet fait l’objet d’une étude approfondie précédant la production d'une « brique papier ». Nous avons par exemple donné la parole au Président de Luxtram à l’occasion du dernier MIPIM. L’arrivée du tram va considérablement bouleverser le paysage de l’immobilier luxembourgeois et changer les habitudes de vie. Les problématiques telles que la croissance de la population nous passionnent ! C’est pourquoi nous essayons d’y prendre part par le biais du foncier. En parallèle, nous développons de nombreux outils : le cloud, la gestion des données… L’arrivée de Jean-Nicolas Montrieux constitue une véritable plus-value pour notre branche résidentielle. Nous cherchons à anticiper les besoins des nouvelles générations. Il s’agit de la prochaine grande révolution du secteur.

Comment le Luxembourg peut-il préserver sa compétitivité dans les années à venir ?

V.B. : La grande force du Luxembourg réside dans sa stabilité financière : un gage de sécurité pour les investisseurs internationaux. Par ailleurs, le Grand Duché a tout mis en œuvre pour s’adapter aux normes européennes. Cette démarche vers plus de transparence a renforcé notre réputation. En parallèle, le Luxembourg bénéficie d’une excellente image en termes d’ingénierie. Pour continuer sur cette voie et soigner encore notre compétitivité, il est indispensable de maîtriser les coûts salariaux.

« Le Luxembourg attire de plus en plus de personnes hautement qualifiées. »

Jean-Nicolas Montrieux

Et concernant le résidentiel ?

J.-N.M. : Nous ne construisons pas encore assez de logements notamment haut de gamme. Le Luxembourg attire de plus en plus de personnes hautement qualifiées. Il est primordial de répondre aux besoins de ces employés qui ont vécu dans les plus grandes villes du monde pour les convaincre de s'installer ici, puis d'y rester : pour nous, voilà le grand défi !