Nasir Zubairi (LHoFT) :

Thunderstuck

PDG et fan d'AC/DC - comme le confirme sa sonnerie de mobile lors de notre entretien - Nasir Zubairi est le PDF du Luxembourg House of Financial Technology (LHoFT), inauguré en avril, le site accueille les entreprises et start-up qui aspirent à conjuguer leurs efforts et à développer des réponses numériques aux besoins financiers émergents.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Je viens d’Essex au Royaume-Uni. Quand j’étais jeune, je jouais beaucoup aux échecs ce qui a peut-être contribué à développer mes compétences stratégiques.

À la suite de mon BSC à la London School of Economics, le monde de la finance londonienne m’a séduit. Après deux décennies dans ce secteur j’ai fait mon MBA et lors des 8 dernières années je me suis consacré à la création d’entreprises – qui fleurissent toutes, je suis heureux d’annoncer. J’aime être un acteur du changement.

 

 

« Je crois qu'il est utile de véhiculer un message cohérent jusqu'à ce

qu'il soit compris. »

 

Que pouvez-vous nous dire sur l'énoncé de la mission du LHoFT ?

Tout a débuté en décembre dernier et nous avons commencé à travailler avec les acteurs du secteur afin de clarifier nos objectifs. Notre activité est fondée sur

trois piliers. Le premier : apporter des solutions en identifiant les zones d’ombre et en créant des collaborations qui permettent d’apporter des solutions aux obstacles horizontaux et de groupes dans le secteur

financier. Deuxièmement : nous rassemblons dans des écosystèmes toutes les parties prenantes : start-up, organisations gouvernementales et financières, services de support, universités et accélérateurs pour tisser

des liens nationaux et internationaux. Je crois beaucoup en l’importance de la collaboration et le Luxembourg détient un potentiel énorme. Troisième point : nous

nous concentrons sur le savoir et nous faisons en sorte que les gens et notre communauté aient accès à des informations pertinentes, couvrant différents domaines et à tout niveaux. Pour un progrès cohérent, nous

devons fournir du savoir et une conscience, afin

que l’innovation soit comprise dans le bon sens. Je pense qu’il est utile de véhiculer un message cohérent jusqu’à ce qu’il soit compris.

 

Quel est votre échéancier ?

Nous nous sommes installés en avril – en petit

comité – au House of Entrepreneurship. Nos locaux peuvent accueillir jusqu’à dix start-up avec des bureaux hot desking prévus à cet effet. En début 2018, nous

emménagerons au sein de la House of Start-Up qui accueillera sous le même toit le Luxembourg City Incubator, Nyuko et la LHoFT. Nous avons déjà constaté un intérêt considérable de la part des entreprises de la

place. 13 entreprises leaders de leur secteur participent à notre budget et nous avons le statut de fondation. Nous recevons également un soutien financier de la

part du gouvernement luxembourgeois et de la Chambre de Commerce. À l’avenir, j’espère que nous allons renforcer le concept de FinTech :

les technologies ont toujours fait partie de l’activité financière. Ce qui est important, c’est que les gens puissent identifier les problèmes, et collaborer afin de trouver des solutions. Si les choses se font de cette manière, le monde financier évoluera dans le bon sens. L’idée est de combler l’écart entre les attentes du

client et les offres des entreprises. Certains acteurs disparaîtront, d’autres verront le jour.