Annemarie Arens (LuxFLAG) :

Passer à l’action pour le climat

La COP23 a gommé l'émotion suscitée par le retrait Americain de l'accord de Paris annonce Annemarie Arens, directrice générale de Luxflag. Nombre d'acteurs demeurent engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, dont le Luxembourg, en première ligne dans la promotion de la finance verte.

Volonté politique pour le climat

L’annonce par Donald Trump que les États-Unis se retiraient de l’Accord de Paris avait provoqué un réel désarroi. La COP23 (conférence annuelle de l’ONU sur le climat) réunie à Bonn en novembre en a relativisé les conséquences. Des états américains ont réaffirmé leur engagement et des pays émergents comme la Chine et l’Inde ont par ailleurs confirmé leur contribution. Au niveau européen, si l’Allemagne et la France ont déçu pour leur retard sur les questions du charbon et du nucléaire, le Luxembourg est apparu en première ligne. Représenté par le Grand- Duc Henri, le ministre des Finances Pierre Gramegna et la ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg, le pays a prouvé que le sujet lui tient à coeur. Pour la première fois au demeurant, le Luxembourg et la Banque européenne d’Investissement (BEI) partageaient le même pavillon. Via des tables rondes, les initiatives luxembourgeoises ont été explicitées et des réflexions partagées avec des participants du monde entier.

"Seule une finance durable rendra possibles les grands changements qu'impose la lutte contre le réchauffement climatique."

Encourager la finance durable

Le message fort du Luxembourg réside dans la promotion de la finance durable. Depuis la COP21, avec sa « Climate Finance Task Force », le Grand-Duché fait figure de pionnier. Rien que du concret, avec l’établissement de la Bourse verte et la création des labels « Climate Finance » et « Green Bond » de l’agence LuxFLAG, qui promeut les produits financiers d’investissement responsables destinés entre autres à la microfinance et à la sauvegarde de l’environnement. Initiative conjointe du gouvernement luxembourgeois et de la BEI, la « Climate Finance Platform » engage ainsi cinq premiers millions d’euros dans le Green for Growth Fund (Fonds pour ne croissance verte) qui détient le label « Climate Finance » de LuxFLAG. Les initiatives relevant de la finance verte se complètent donc grâce à une synergie publicprivé exemplaire, à même de générer d’autres investissements. Des ombres demeurent toutefois. Ainsi, le Luxembourg consomme sept fois plus que ce dont il dispose. Comme quoi il reste des marges de progression.

Inciter à l’action

Il importe donc d’agir et résoudre pour commencer une double equation capitale. C’est-à- dire réunir les milliards nécessaires pour faire face au changement climatique et inciter pour cela les acteurs financiers à investir dans une... finance durable. Le défi paraît immense. Les débats organisés par LuxFLAG à Bonn ont passé en revue les pistes à suivre. Certes, l’éducation et l’information demeurent fondamentales, mais si les projets énergétiques alternatifs rencontrent déjà un succès réel, d’autres secteurs semblent négligés, comme l’agriculture. Réorienter le capital privé sur des investissements « verts », voilà ce qui permettra vraiment de changer de cap en matière de climat. Sur ce point, la COP23 aura énoncé des ambitions. A la COP24, qui se tiendra fin 2018 en Pologne, d’être à nouveau un rendez-vous synonyme d’action et de concret. Tant il apparaît toujours plus vrai que les mesures contre le changement climatique devraient être un sujet non-négociable.