Michael Lange (mebs) : l'âge d'or du conseil d'administration  

Pour Michael Lange, co-fondateur et président de mebs - spécialiste de la gouvernance - les administrateurs indépendants doivent favoriser une approche proactive et orientée résultats.

 

Comment obtenez-vous l'efficacité maximale du conseil d'administration d'un fonds ?

L’entreprise concernée peut parfois imposer la

composition du Conseil, ce qui crée un risque de

manque d’indépendance. Un panel de profils

variés – en expériences, connaissances et en toute impartialité - permet la mise en commun de connaissances administratives, législatives, de custody et de marché. De plus l’intégration d’un

membre consultatif peut s’avérer efficace pour les investissements de niche. La planification et la structure des réunions occupent une place primordiale : les informations nécessaires doivent être fournies au minimum cinq jours avant la tenue du Conseil pour assurer une préparation

optimale. Les membres du Conseil doivent

pouvoir discuter avec les membres du personnel

avant leur réunion afin d’éviter de risquer un

manque d’information pouvant entraîner des

pertes de temps voire des reports. Le premier

rôle du Conseil consiste à couvrir les points légaux

mais cela ne doit pas se faire au détriment d’autres points clés permettant à l’entreprise de prospérer. Les Conseils ’routiniers’ se bornent à examiner les points légaux, or cette culture du

« confort tue les efforts » peut compromettre la

pérennité de la firme dans un contexte très

compétitif.

 

« L'Administrateur Indépendant facilite une gestion efficace des points

légaux et veille à lancer les

sujets les plus stratégiques. »
 

Quel rôle joue un Administrateur Indépendant moderne ?

Un Administrateur Indépendant engage sa responsabilité devant la CSSF. Il s’agit à la fois d’une charge et d’une motivation. Il rapporte les

problèmes qui doivent être soumis au Conseil,

facilite une gestion efficace des points légaux et veille à lancer les sujets les plus stratégiques. En

général, 20% du temps passé pendant la réunion

concerne les points légaux et règlementaires, 40%

couvre les sujets ouverts et les évolutions du

marché, les 20% suivants revoient la stratégie

et les derniers 20% restent pour la prise de

décision. L’Administrateur Indépendant doit faciliter des débats proactifs et objectifs. Il doit poser les questions à contre-pied et soulever les sujets importants sans être démesurément combatif.

 

Quels défis identifiez-vous ?

Intégration et disponibilité : personne n’aime inviter un étranger à une fête. Les sociétés ont

tendances à choisir des Administrateurs en

interne ou dans un cercle restreint. Notre rôle en

tant qu’Administrateurs Indépendants consiste

à partager notre expérience afin de promouvoir les bonnes pratiques et de favoriser leur implémentation auprès du Conseil. La constance dans la qualité de notre travail et notre vision à long-terme nous permet d’être présents dans un nombre croissant de Conseils. Le coût représente un autre challenge. Notre profession se trouve en

position de concurrence avec du personnel interne moins onéreux, mais aussi moins objectif dans la prise de décision. Notre profession doit unir ses forces pour valoriser ses atouts au regard de coût associé.

 

 

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png