Général Patton :

LE MYTHE COMBATTANT

 

CONSIDÉRÉ COMME L’UN DES PIONNIERS DE LA GUERRE MÉCANISÉ, LE GÉNÉRAL GEORGE SMITH PATTON EST UNE VÉRITABLE LÉGENDE. RETOUR SUR L’HISTOIRE D’UN HOMME EXCEPTIONNEL...

LA TRADITION FAMILIALE
George Patton voit le jour le 11 novembre 1885 à San Marino en Californie. Il grandit dans une famille aisée où la tradition militaire est très forte. Son grand-père fut à la tête du 22e régiment d’infanterie de Virginie durant la guerre de Sécession et son oncle, Waller Patton, mourut lors de la bataille de Gettysburg. Après avoir étudié au collège privée Stephen Clark’s School, Patton rejoint la prestigieuse académie militaire de West Point.
Il se distingue très vite sur le terrain et lors des exercices de combat. Grand lecteur, passionné d’histoire militaire,
Patton est également un athlète complet qui excelle en escrime et en course à pied. Il sera sélectionné dans l’équipe de pentathlon moderne pour participer aux Jeux olympiques de Stockholm en 1912. Après avoir décroché
son diplôme de West Point, le jeune homme est affecté au 15e régiment de cavalerie à Fort Sheridan dans l’Illinois. Là encore, son caractère et ses prestations le font sortir du lot. La légende est en marche...

SUR TOUS LES FRONTS

C’est au Mexique que Patton connait sa première véritable expérience de la guerre à l’occasion
de l’expédition menée contre Pancho Villa. En tant qu’aide de camp, le jeune officier gère toute la logistique de la mission sous les ordres du général John Pershing.
Un personnage très influent qui façonnera le style de Patton, à savoir une stratégie militaire énergique et offensive. En 1917, il est nommé capitaine et rejoint l’Europe où il participe notamment à la création du Tank Corps. Patton prend part aux combats dans le secteur

de Saint-Mihiel. En 1942, il est de retour sur le front au Maroc pour s’opposer aux Français de Vichy avant de rejoindre la Tunisie puis la Sicile. Fort de ces succès, il est envoyé en Angleterre où il supervise une attaque fictive censée tromper l’armée allemande. L’objectif étant de faire croire à leurs adversaires que le débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais. Après le débarquement des troupes alliées, Patton prend part à l’opération Cobra. Puis, on le retrouve en Lorraine à Metz, et dans les Ardennes, en décembre 1944. Il rejoint l’Allemagne et parvient jusqu’en Tchécoslovaquie. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est nommé gouverneur de la Bavière où il meurt dans un accident de la route en 1945.

« Il y a des moments où il est bon d’écouter sa peur et d’autres où il est plus sage de faire comme si elle

n’existait pas. »

Général Patton

UN PRÉCURSEUR

George Patton est un visionnaire dont la doctrine repose sur une stratégie très offensive et agressive. Il considère qu’un général doit être sur le front et non derrière
un bureau. C’est en rentrant aux États-Unis après la Première Guerre mondiale qu’il se fait le porte-parole des armes blindées, défend l’idée de la guerre mécanisée. Homme complexe et controversé, Patton est aussi craint que respecté. Même ses adversaires lui vouent le respect comme en attestent les nombreux témoignages de soldats allemands. Un véritable héros des temps modernes dont les exploits seront portés à l’écran en 1970. A l’image du personnage et de ses quatre étoiles de Général, le film récoltera de nombreux Oscars.