Paulo1.jpg

Paulo Bilezikjian : A propos des investissements et des leçons de l’Histoire

Travailler sur les marchés financiers au Brésil dans les années 90 et 2000 impliquait de faire face à la volatilité locale, résultat d'un montage politique et économique complexe et d'une succession de crises frappant les marchés : la crise mexicaine, la crise asiatique, la crise russe, la bulle Internet après 2000 - je travaillais pour une grande banque de Wall Street lorsque Netscape a été cotée en bourse en 1995 - et, bien sûr, la crise financière mondiale de 2008.

 

Mon parcours

 

À la maison, c'est-à-dire chez mes parents, nous avons grandi entourés de livres sur un large éventail de sujets et en plusieurs langues. Nous avions un "Larousse du XX Siècle", dont mes enfants n'ont probablement jamais entendu parler. J'ai donc été exposé à beaucoup d'idées, ou du moins plus que la plupart de mes collègues ne l'étaient à l'époque. Mais ce n'est que lorsque je suis allé à l'université au Canada que j'ai acquis une meilleure compréhension du fonctionnement du monde et, plus important pour moi, de la façon dont l'économie et les marchés financiers fonctionnaient.

«  Les sociétés connaissent des périodes de pessimisme, généralement suivies d'une période d'optimisme. »

Apprendre de l'Histoire

 

À l'université, plusieurs cours étaient extrêmement pertinents pour ma carrière, notamment l'histoire économique des États-Unis, un cours de niveau supérieur sur l'histoire de la finance et un cours portant essentiellement sur la façon dont la pensée et les idées économiques telles que pratiquées dans le milieu universitaire, en particulier en Amérique du Nord, reflètent surtout la structure de pouvoir existante de la société.

 

Le cours d'histoire de la finance a été le plus utile du point de vue de ma carrière. De nombreuses leçons du passé pourraient être appliquées aux marchés d'aujourd'hui. Selon Charlie Munger, le vice-président de Berkshire Hatthaway de Warren Buffett, "il n'y a pas de meilleur professeur que l'Histoire pour déterminer l'avenir... Il y a des réponses qui valent des milliards de dollars dans un livre d'histoire à trente dollars". L'histoire nous apprend que la plupart des comportements humains ne sont pas nouveaux : de nombreux investisseurs achètent à des prix élevés et vendent à des prix bas, pour reprendre un exemple de psychologie bien connu, l'automutilation. En même temps, l'histoire nous apprend que nous sommes de grands résolveurs de problèmes.

 

L'accès à l'information, ainsi que la capacité à la traiter correctement, est peut-être l'un des plus importants facteurs de la réussite d'une société. Dans Capitalisme Redéfini, Nick Hanauer et Eric Beinhocker déclarent "la prospérité dans une société est l'accumulation des solutions aux problèmes humains". Ils affirment que le PIB est une mesure trop étroite et trop limitée, insistant sur le fait que nous devrions envisager une manière plus large de mesurer le bien-être de la société. Il s'agit d'un sujet long et complexe, qui dépasse largement le cadre de cet article. Je tiens à souligner que malgré un certain nombre de défis auxquels nous sommes confrontés, notamment les techno monopoles et les oligopoles, l'inégalité des revenus, les questions de genre, le changement climatique, la pandémie actuelle et bien d'autres encore, nous n'avons jamais été aussi bien équipés qu'aujourd'hui pour y faire face.

 

Les cycles

 

Les sociétés connaissent des périodes de pessimisme, généralement suivies d'une période d'optimisme. Mais, si l'on en croit les preuves des derniers siècles, la grande tendance sous-jacente est indéniablement positive. Nous devons surtout nous tourner vers le passé et constater qu'en tant que sociétés, nous avons mieux réussi lorsque nous avons pu utiliser les connaissances de manière réfléchie et équilibrée. Cela semble être l'un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui : nous avons le savoir-faire et les outils, mais nous perdons souvent de vue nos priorités ou nous ne sommes pas disposés à aborder les différents défis avec bon sens. Dans certains cas, nous avons abandonné l'empirisme au profit de plusieurs formes de populisme. Il est évident qu'il y a des questions politiques et de distribution à traiter et celles-ci sont toujours assez controversées. Mais c'est en temps de crise que nous avons tendance à briller.

 

 

 

Paulo Bilezikjian a grandi au Brésil et a fait ses études aux États-Unis et au Canada. Il a passé la plus grande partie de sa carrière à gérer de l'argent, soit pour des personnes très riches, soit pour des banques. Il a également été associé et gestionnaire de portefeuille senior dans un fonds spéculatif de plusieurs milliards de dollars.

© 360Crossmedia

Screenshot 2020-07-10 at 12.51.48.png