Pierre Gramegna (Ministre des Finances ) : Luxembourg, panorama du futur

La rencontre avec Pierre Gramegna a permis d’évoquer quelques projets du secteur de la finance, et de se projeter dans l'avenir du pays.

Au mois d'avril, la première conférence consacrée au Private Equity et au Venture Capital a remporté un grand succès à la Philarmonie. Que pensez-vous de cette industrie ?

J'aimerais féliciter les organisateurs du 360Insights GP View pour l'organisation de cette première conférence dédiée à ces sujets, puisque le Private Equity (PE) et le Venture Capital (VC) prennent de plus en plus d'importance au Luxembourg. Les avantages de se trouver au Luxembourg sont évidents : les 10 principales sociétés de PE y sont présentes. 80 % des investissements d'état en PE sont effectués dans des structures luxembourgeoises. Il semble que nous offrons le cadre idéal pour ce secteur et cela explique probablement pourquoi la Philharmonie affichait complet.

« Une économie d’avantage tournée vers l’écologie est la clé pour faire du Luxembourg une référence pour les investisseurs. »

Vous dites souvent que vous avez deux priorités pour diversifier l'industrie financière au Luxembourg : les FinTech et l'économie verte. De quelle manière encouragez-vous les FinTech ? 

Les FinTech sont devenues très importantes : il y a quelques semaines, nous avons inauguré une nouvelle fondation : la LHoFt, Luxembourg House of FinTech. [...] L'idée est de rapprocher le secteur public, le privé, les start-ups, les petits acteurs tout comme les acteurs historiques du marché financier. Tout cela se déroule dans un esprit coopératif qui représente probablement la ligne de démarcation, le changement actuellement constaté dans la nouvelle économie : en effet, l'économie digitalisée fonctionne beaucoup plus en termes de coopération avec d'autres acteurs qu'uniquement sur base de la compétition, et je suis fier d'annoncer que nous disposons déjà de 50 demandes pour le LHoFT. Sans m’avancer, je pense que le LHoFt va connaître un succès similaire à ceux connus à Londres, en Australie et au Canada pour mentionner quelques pays dans lesquels j'ai visité le même type de laboratoires d'idées nouvelles. En effet, tous les établissements que j'ai visités ont montré un grand intérêt et sont déjà connectés car le LHoFTdu Luxembourg est ouvert au monde, tel que nous le sommes pour tout ce que nous faisons dans notre économie.

 

 

Qu'en est-il de l'économie verte ?

Voici le second point que j'aimerais souligner : le changement climatique et les obligations vertes. L'année passée, le gouvernement luxembourgeois a signé un protocole d'accord avec la Banque Européenne d'investissement et le Fonds Européen d'investissement pour mettre en place une plate-forme sur le changement climatique afin d'investir ensemble dans des projets ayant un impact positif sur l’environnement. Pour quelle raison ? D'un côté parce que nous souhaitons atteindre les objectifs de la conférence de Paris, et de l'autre parce que nous voulons marquer notre différence. Et quelle meilleure manière de se démarquer qu'en utilisant notre marché financier pour promouvoir les objectifs de la COP21 ?

Très récemment nous avons également participé à une initiative de l’IFC -  International Finance Corporation – du FMI nommée “Green Cornerstone Bond”. Ce projet de 2 milliards de dollars, doit encourager l'achat d'obligations vertes des pays émergents. Le Luxembourg est un partenaire stratégique de cette initiative, qui sera basée dans notre pays. Pour finir, le Luxembourg a lancé il y a quelques mois une nouvelle bourse qui cotera exclusivement des obligations vertes. Le “Green Stock Exchange” génère également de nombreuses initiatives du secteur privé dans ce domaine. Je pense réellement qu'une économie d’avantage tournée vers l’écologie, la stimulation et la promotion de l'économie verte sont les clés pour rendre le Luxembourg de plus en plus grand attrayant pour les investisseurs étrangers.