ODD des Nations-Unies : L'ultime défi de notre monde

Les conséquences désastreuses liées au réchauffement climatique représentent le défi ultime, non seulement pour les entreprises, mais pour toute l'humanité. Cette conclusion se trouve à l’origine de la voie convergente des entreprises internationales et des Nations Unies, s’associant pour l’élaboration des « objectifs de développement durable » de L’ONU.

Un couple inattendu

D'ici 2030, les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations-Unies visent à sortir durablement l'économie mondiale de la faim et de la pauvreté en s'attaquant aux inégalités économiques et sociales par la réalisation d’objectifs de santé, d'éducation et d'accès universel à l'eau potable. Mais l'ONU ne constitue pas une entreprise à but lucratif et doit compter sur des gouvernements à court d'argent pour financer ses ambitions. Cependant, certaines entreprises les plus prospères au monde, n’accordant auparavant aucune considération aux objectifs de durabilité de l'ONU, se retrouvent aujourd'hui mobilisées pour les ODD. L'ONU et les entreprises reconnaissent, ensemble, la supériorité de compétences lié aux mondes des affaires, pouvant mener à des résultats meilleurs et plus rapides comparés à ceux d'une bureaucratie quasi-gouvernementale lourde et dépourvue de ressources.

"L'ONU embrasse donc l'énergie et la volonté des grandes entreprises internationales au moment où celles-ci prennent conscience de l’importance du développement durable, ne profitant pas seulement à leurs résultats financiers, mais également à notre planète."

 

Liberté et justice pour tous 

Même si l'ONU et les entreprises peuvent se partager les objectifs, une mauvaise communication constitue une menace pour le processus. Selon Walter Macnee, vice-président du géant des cartes de crédit, MasterCard, s’adressant à une commission de l'ONU : « Il demeure essentiel que les secteurs public et privé puissent se parler. Mais pour cela, l’instauration de la confiance et d’un langage commun reste indispensable. » En comblant toute lacune en matière de communication, l'ONU et ses partenaires commerciaux cherchent à relever des défis gigantesques, tels les profonds déficits en matière de paix, de justice et d'absence d'institutions fortes affectant une grande partie des pays en voie de développement. Les partisans des ODD reconnaissent que ce n’est qu’en apportant aux personnes ordinaires la stabilité, les processus et les outils du pouvoir, qu'ils pourront défier, affronter et prendre le contrôle de leur monde. Tâche difficile quand ce dernier reste menacé et appauvri par la dégradation du climat et de l'environnement. Ces vulnérabilités mettent en évidence l'objectif principal du programme : procéder à un développement durable en se développant de manière durable afin de protéger des vies et les ressources.

Modèle non durable

Les entreprises reconnaissent l’impossibilité de poursuivre le comportement actuel consistant à profiter de l'exploitation des ressources non renouvelables et à ne pas tenir compte des dommages environnementaux pouvant en résulter. Mais ce changement radical ne résulte pas des seules pressions des écologistes et des militants. Il provient de l’influence du personnel, des clients et d'autres parties prenantes au sein de compagnies démontrant l’obligation d’abandonner l'ancien modèle commercial afin d’obtenir une entreprise réellement durable. Pour L'ONU, le vecteur indéniable de ses ODD se trouve dans une croissance économique soutenue par l'industrie, l'innovation et l'infrastructure. Elle embrasse donc l'énergie et la volonté des grandes entreprises internationales au moment où celles-ci prennent conscience de l’importance du développement durable, ne profitant pas seulement à leurs résultats financiers, mais également à notre planète.