Denis Van den Bulke, Laurence Jacques, Stéphane Biver (VANDENBULKE) : avocats entrepreneurs

Forte de son expérience aurpès des investisseurs étrangers VANDENBULKE lance une plateforme d'implantation au Luxembourg "THE HUB by Vandenbulke". Interview avec Denis Van den Bulke, managing partner, Laurence Jacques, partner, et Stéphane Biver, manager. 

 

Comment voyez-vous votre métier dans les prochaines années ?

Depuis 10 ans, notre stratégie a toujours été fondée sur la spécialisation, une relative séniorité de nos équipes et le conseil sur les opérations de haut de bilan. Les progrès de l’automatisation, de la standardisation et bientôt de l’intelligence artificielle auront, si elles ne l’ont pas déjà fait, éliminé une partie des tâches routinières tradition-nellement exécutées par les firmes globales. Face à cette évolution la profession doit continuer à jouer son rôle d’expert en accroissant ses services à forte valeur ajoutée. La période des profils d’avocats monolithiques est également révolue. Ils doivent maintenant anticiper les évolutions financières ou fiscales et comprendre l’environ-nement et les besoins stratégiques de leurs clients. L’interdépendance entre les disciplines prend ainsi une place de plus en plus importante. A Luxembourg, le niveau de compétence doit continuer de s’élever pour non seulement attirer mais aussi garder les investisseurs sur la place.
 

Comment le Luxembourg peut-il profiter du Brexit ?

Le Luxembourg ne doit pas hésiter à promouvoir

ses atouts. Dans la lutte contre les grands centres

comme Francfort ou Paris, nous ne devons guère avoir de complexe. D’ailleurs, nous anticipons plutôt un éclatement des pôles de compétences sur plusieurs centres. Le Grand-Duché ne doit pas se présenter comme « l’alternative » à la City mais comme un pôle alternatif pour l’Asset Manage-ment et les investissements dans les fonds et le private equity, commercial ou immobilier. Sur le long terme, nous bénéficierons du Brexit à condition d’améliorer nos compétences et d’approfondir notre expertise. Le Luxembourg doit accélérer sa compétitivité et son excellence sur trois axes: les ressources humaines – sur le plan de la compétence et de la qualité du service

professionnel – les ressources logistiques – offre immobilière, bureaux et résidentiel, télécommuni-cation, transports etc. – et celui des ressources

institutionnelles – réactivité des autorités de contrôle. Enfin, se vendre comme une plateforme continentale et plurilingue permettra de concur-rencer non seulement Dublin, qui reste particu-lièrement attractif pour les clients anglosaxons

en termes culturels et linguistiques, mais aussi

Paris ou Francfort.

 

 

« La profession doit continuer à jouer son rôle d'expert en offrant des services à forte valeur ajoutée. »

 

 

Pouvez-vous décrire votre nouvelle plateforme d'assistance pour les investisseurs étrangers qui souhaitent s'établir au Luxembourg ?

A l’occasion du premier anniversaire du Brexit,

nous avons inauguré une plateforme web « THE HUB, by Vandenbulke » avec comme slogan

« Fly your business to Luxembourg in first class ! ».

Elle offre une implantation à Luxembourg ’clé sur

porte’ à des investisseurs et professionnels du secteur financier souhaitant s’établir au Luxembourg. Les avocats sont en première ligne

pour accompagner les clients étrangers dans leur

structuration juridique et fiscale, il était logique d’aller plus loin et offrir un service intégré. Nous sommes nous-mêmes entrepreneurs et donc sensibles aux contraintes qu’ils peuvent

rencontrer. En totale transparence budgétaire,

nous prenons donc en main l’architecture globale de leur projet d’implantation que ce soit sous l’aspect juridique, des autorisations auprès des

autorités de contrôle, ainsi que du soutien logistique – recrutement, immobilier et infrastructure IT – à travers notre réseau de partenaires. Ce service permettra aussi au Grand-Duché de tirer des retombées favorables

du Brexit.