Jelena Zelenovic Matone (Women's Cyber ​​Force): Lutter contre la cybercriminalité croissante avec une diversité accrue

Jelena Zelenovic Matone, présidente de la Women's Cyber ​​Force, décrit comment le déséquilibre entre les genres a incité les femmes à s’engager pour une plus grande diversité dans la main-d'œuvre de la cybersécurité. Elle ajoute que l’augmentation des cybermenaces, notamment depuis l'arrivée du Covid-19, nécessite une vigilance accrue et des investissements croissants dans la cybersécurité et les cyberprofessionnels.

Pouvez-vous décrire la Women's Cyber ​​Force en quelques mots?

Le déséquilibre entre les genres et les écarts de rémunération dans le domaine de la cybersécurité sont évidents dans le monde entier, tout comme au Luxembourg. WCF vise à combler les écarts sociaux et économiques que cela provoque. Women's Cyber ​​Force rassemble des professionnels de la cybersécurité, de nationalités, d'éducation et d'horizons différents, qui souhaitent faire entendre leur voix, inspirer et aider les générations futures à mieux comprendre l'importance des femmes dans la cybersécurité. Nous nous fixons l'objectif ambitieux, mais aussi urgent, de valoriser le rôle des filles et des femmes dans ce secteur et d'accompagner leur choix de carrière dans les TIC. WCF veut créer des choix de carrière durables pour les femmes par le mentorat et l'autonomisation, mais aussi en maintenant un réseau d'opportunités de travail dans le domaine et en s'entraidant. Cela nous motive à continuer à monter nos campagnes et à sensibiliser à une thématique majeure: la diversité dans la cybersécurité.

WomensCyberForce.jpeg

«Nous nous fixons l'objectif ambitieux, mais aussi urgent, de valoriser le rôle des filles et des femmes dans ce secteur et d'accompagner leur choix de carrière dans les TIC».​

Alors que les cybercriminels échappent à la plupart des défenses des entreprises, les hackeurs sont-ils en avance au niveau du jeu technologique?​

Internet s'est tellement développé qu'il attire des pirates informatiques dans tous les domaines de la vie. Ces derniers explorent de nouvelles possibilités et jouent avec de «simples mortels». Les pirates informatiques utilisent leurs connaissances, des méthodes non-autorisées ou illégales pour trouver des failles, et ce, afin de nuire à des personnes ou à des organisations à des fins financières, de réputation ou même simplement pour le plaisir. Comme le travail des RSSI est de prévenir de telles attaques, le travail des pirates informatiques est d'essayer de garder une longueur d'avance et d'exploiter des zones vulnérables. Compte tenu des progrès rapides de la technologie, nous pourrions encore être à la traîne. Avec le Covid-19, les menaces se sont multipliées et diversifiées. Ces attaquants n'ont pas de limites; ils attaquent les hôpitaux et autres organisations critiques pour la société. Nous avons donc besoin de plus de praticiens dans notre domaine.

Quelle que soit la taille d'une entreprise, que recommanderiez-vous aux CEO pour créer une configuration informatique sûre?

La cybersécurité n'est pas une solution ou un produit unique. Si vous voulez être complètement à l'épreuve des balles, débranchez-vous d'Internet. Mais nous ne pouvons pas fonctionner sans cela, les CEO doivent donc s'engager de manière proactive et être conscients des diverses menaces; apprenez le jargon «cyber» et des termes tels que doxing, DDoS, hacktivistes, phishing, etc. et investissez dans la cybersécurité. Cela inclut non seulement des sessions de formation, mais aussi la nécessité de construire une solide infrastructure RH en informatique pour nourrir le capital humain dans ce domaine à haut risque. Les CEO doivent comprendre que dans notre domaine, le statu quo n'est pas une option – ni pour l'entreprise ni pour le cyber-capital humain qu'ils emploient.